En Suisse, près de 2 femmes sur 5 disent avoir subi des violences au sein de leur couple

Les femmes âgées de 26 à 45 ans sont les plus concernées par les violences psychologiques, physiques ou sexuelles au sein de leur couple. Près d’1 homme sur 4 dit aussi avoir subi au moins une fois ce type de violence.
09 nov. 2021, 10:30
Plus de 3500 hommes et femmes ont été sondés dans l'étude.

Les nombreux féminicides commis en Suisse depuis le début de l’année ne semblent être que la partie émergée des violences subies par les femmes. Quelque 42% d’entre elles disent avoir déjà subi des violences au sein de leur couple, selon une étude. Chez les hommes interrogés, ce chiffre est de 24%.

A lire aussi: Violences: comment les autorités comptent-elles mieux protéger les victimes?

Les femmes sont donc touchées de manière disproportionnée, relèvent les auteurs de cette étude publiée mardi et réalisée à l’automne 2021 par l’institut Sotomo auprès de plus de 3500 personnes. Les réponses obtenues font référence à la fois à la violence psychologique, physique et/ou sexuelle.

Une première évaluation de la situation

Les femmes, âgées de 26 à 45 ans, sont le plus souvent concernées, selon cette étude menée sur mandat de la Fédération solidarité femmes de Suisse et du Liechtenstein (DAO). Presque la moitié des répondantes de ce groupe d’âge ont indiqué avoir été victimes de violences au sein de leur couple.



Comme il n’existe pas d’études de prévalence complètes sur une longue période, les auteurs soulignent que les résultats doivent être considérés isolément comme une première évaluation de la situation.

La politique doit en faire plus

L’étendue de la violence domestique est également confirmée par les réponses à la question de savoir si cette forme de violence a déjà été suspectée dans l’environnement immédiat. Près de 40% des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative.

Pour trois quarts des sondés, la violence dans une relation est la première raison d’une séparation. Mais le nombre élevé de personnes concernées montre que ce type de violence est un phénomène quotidien pour un trop grand nombre de personnes.