Réservé aux abonnés

Djihadistes laissés sur place

Le Conseil fédéral ne rapatriera pas activement les terroristes suisses. Questions ouvertes.

09 mars 2019, 00:01
FILE - In this undated file image posted by the Raqqa Media Center of the Islamic State group, on Monday, June 30, 2014, which has been verified and is consistent with other AP reporting, fighters from the Islamic State group parade with a missile in Raqqa, Syria. The Islamic State group is often described as the most fearsome jihadi outfit of all: a global menace outweighing al-Qaida, with armies trembling before its advance. But while the group has been successful at seizing parts of Iraq and Syria, it is no unstoppable juggernaut. (AP Photo/Raqqa Media Center, File) Mideast Iraq Islamic State How Strong

Le sujet est sensible, brûlant. Il agite de nombreux pays européens. Que faire avec ses ressortissants «djihadistes» emprisonnés en Syrie, ou dans d’autres zones de conflit? En France, lourdement frappée par le terrorisme, le gouvernement prévoit, depuis peu, de ramener ses citoyens au pays pour les y juger. En Suisse, par contre, le Conseil fédéral voit les choses autrement.

Dans sa stratégie, adoptée hier, il exclut de rapatrier activement les Suisses adultes combattant pour l’Etat islamique (EI) – des exceptions pourraient être consenties pour les mineurs. Dans le même temps, l’exécutif tien...