Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Dix fermes de sept cantons ont accepté d'engager des réfugiés

Un projet pilote de trois ans est lancé pour permettre une meilleure intégration et combler les besoins en main-d'oeuvre des paysans.

21 mai 2015, 00:01
data_art_9137584.jpg

Engager des réfugiés dans des exploitations agricoles leur permettrait de mieux s'intégrer et comblerait les besoins en main-d'oeuvre des paysans. Dix fermes de sept cantons tentent l'expérience et se lancent dans un projet pilote de trois ans.

Les réfugiés reconnus et les demandeurs d'asile admis provisoirement amélioreraient de la sorte leurs connaissances des langues helvétiques et acquerraient des compétences supplémentaires. Leur accès au marché du travail serait facilité, ont soutenu, hier, des représentants de l'Union suisse des paysans (USP) et du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Les agriculteurs y gagneraient également. Ils bénéficieraient d'une main-d'oeuvre qui habite dans leur région, et ce, idéalement, dans une optique de long terme.

Les collectivités pourraient de leur côté réaliser des économies, vu que ces réfugiés deviendraient autonomes financièrement, a plaidé le patron du SEM, Mario Gattiker, dans une exploitation maraîchère à Füllinsdorf (BL). Un point sur lequel le directeur de l'USP Jacques Bourgeois...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias