Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Deux millions de doses de vaccin disponibles

Trois personnes sont mortes de la grippe A/H1N1 à ce jour en Suisse. Après un bébé de 4 mois, décédé mercredi, deux femmes ont succombé au virus ou à des complications. Comme le nourrisson, elles souffraient d'autres maladies. La Suisse disposera par ailleurs de deux millions de doses de vaccin d'ici à la fin de la semaine.

20 nov. 2009, 12:14

Toutes deux ont été hospitalisées le 14 novembre, a indiqué hier Patrick Mathys de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). L'une, âgée de 54 ans, a été placée aux soins intensifs à Winterthour (ZH). Diabétique, elle est décédée des suites d'une pneumonie mercredi après-midi. Hier matin, également dans le canton de Zurich, c'est une femme de 46 ans qui a succombé à la maladie. Séropositive, elle souffrait d'une forte insuffisance cardiaque.

La pandémie progresse à la vitesse grand V. Le nombre de contaminations diagnostiquées officiellement a triplé la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, franchissant la barre des 4500 cas confirmés. Parmi les personnes atteintes par le virus, 85 ont dû être hospitalisées, dont 16 aux soins intensifs, a précisé Patrick Mathys.

Quant aux vaccins, la Suisse fait partie des pays les mieux fournis en comparaison internationale, d'après l'OFSP. D'ici la fin de la semaine, il y aura des doses pour couvrir 25% de la population (2 millions de doses). Le taux de couverture potentielle passera à 50% d'ici la fin de la semaine suivante, a assuré Patrick Mathys. D'ici trois semaines, plus de 8 millions de doses seront réparties dans toute la Suisse, ce qui permettra de vacciner tout le monde et pas seulement les groupes à risques, a ajouté Didier Burkhalter sur la TSR. «On est donc en avance car c'était prévu pour janvier», selon le conseiller fédéral.

«Il y a eu ici ou là quelques petits problèmes et il faudra en tirer des leçons pour l'avenir», a cependant noté le ministre de la santé. En Suisse, le système est complexe et «il y a beaucoup de pilotes dans l'avion». Didier Burkhalter souhaite trouver pour l'avenir une manière de coordonner et de communiquer plus simple et plus directe. Alors que l'OMS confirme que la vaccination est sans danger, la spécialiste des vaccinations Virginie Masserey (lire aussi ci-dessous) rappelle qu'«il n'est jamais trop tard pour se faire vacciner». C'est toutefois inutile si l'on a déjà été infecté par le virus de la grippe A. Il vaut mieux ne pas le faire si l'on a de la fièvre, car le vaccin peut être moins efficace quand on est malade.

La vaccination se poursuit dans les hôpitaux universitaires. Au CHUV à Lausanne, plus du quart du personnel soignant a subi une injection ces deux derniers jours, soit plus de 2000 personnes, a indiqué le porte-parole Darcy Christen. Parallèlement, quelque 4000 personnes à risque ont été vaccinées jusqu'ici. Depuis mercredi, le port du masque est obligatoire pour le personnel du CHUV. De deux semaines pour les personnes vaccinées, il durera jusqu'à la fin de l'épidémie pour celles qui ont renoncé au vaccin. A Genève, les Hôpitaux universitaires obligent tous les visiteurs à se désinfecter les mains et à porter un masque.

Par ailleurs, le personnel de l'ONU à Genève sera vacciné comme toute autre personne habitant Genève ou la France voisine, ont indiqué hier les Nations Unies. Même le personnel de l'OMS passera par les autorités sanitaires locales.

Interrogée lors d'une conférence de presse, le Dr Marie-Paule Kieny, directrice du programme de recherche sur les vaccins de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé que «le personnel sera vacciné dans le cadre des opérations conduites par les autorités suisses et françaises». /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias