Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Désaccord entre Berset et M. Prix

Le réexamen du prix des médicaments reprend sur une base qui ne déçoit pas que les assureurs. Le Conseil fédéral est pointé du doigt.

02 févr. 2017, 00:28
ARCHIVE - Mirjam Coulin nimmt in der St. Peter Apotheke in Zuerich am 9. Juni 2005 Medikamente aus der Schublade.Fallende Preise fuer Medikamente, deren Patente abgelaufen sind, und der Generika-Boom druecken die Umsaetze im Arzneimittelmarkt Schweiz, wie am Mittwoch 31. August 2005 mitgeteilt wurde. Das bereits im Jahr 2004 abgeschwaechte Wachstum im Schweizer Medikamentenmarkt habe sich auch im ersten Halbjahr fortgesetzt. Die Umsaetze zu Herstellerabgabepreisen stiegen im Vergleich zum Vorjahreszeitraum nur um 2,1 Prozent auf 2,062 Milliarden Franken. (KEYSTONE/Gaetan Bally)  === NO SALES, NO ARCHIVES === SCHWEIZ MEDIKAMENTE

«Le domaine des médicaments est le seul dans lequel les coûts par tête n’ont pas changé depuis 2009», affirme Alain Berset. Ce résultat est le fruit du système de réexamen périodique du prix des médicaments, mais un arrêt du Tribunal fédéral, en 2015, a provoqué son interruption momentanée, le temps d’en revoir les critères. Le contrôle reprendra cette année.

Désormais, il portera non seulement sur une comparaison avec les prix pratiqués à l’étranger, mais aussi sur une comparaison avec les médicaments de la concurrence qui ont des indications thérapeutiques similaires. La pression s’accroît aussi sur le prix des génériques. Le Département de l’intérieur escompte des économies de 240 millions de francs par année au terme du réexamen triennal.

M. Prix est déçu

Pour Alain Berset, il s’agit de mesures substantielles. «Ces 240 millions s’ajouteront aux 600 millions déjà économisés grâce au réexamen intervenu entre 2012 et 2014», relève-t-il....

Votre publicité ici avec IMPACT_medias