Des poissons carnivores dévorent toutes les réserves d'un lac d'Appenzell

Le nombre de poissons du lac de montagne de Fälen (AI) ne cesse de diminuer. En cause, une race de truites carnivores introduite dans les années 80 qui les dévorent. Le canton prend des mesures pour arrêter les dégâts.

25 avr. 2018, 08:28
Dans le lac de Fälen, de gros poissons carnivores menacent les espèces indigènes. Les autorités comptent désormais prendre des mesures pour y mettre un terme.

Dans les années 80, la plupart des lacs suisses de montagne se dépeuplent. On y introduit donc un poisson des lacs d'Amérique du Nord, le touladi, qui devait permettre d'augmenter le nombre de vertébrés dans ces eaux alpines. Au départ, cette mesure fonctionne très bien. Seulement, au lac de Fälen dans la région de l'Alpstein (AI), trente ans plus tard, c'est le contraire qui se produit. Franziska Wyss, spécialiste de l'aménagement des cours d'eau et dégâts naturels, explique à la télévision alémanique SRF: "Ces poissons carnivores de race canadienne peuvent devenir très grands et très voraces. Ils dévorent les poissons indigènes, plus petits et plus faibles". Actuellement, la population diminue drastiquement dans ce lac de montagne.

Évacuer ces carnivores

Le canton a décidé de prendre de nouvelles mesures et d'ouvrir une pêche spéciale contre ses poissons canadiens. La date d'ouverture n'a pas encore été précisée par les autorités. Pour l'instant, seule directive:  tout touladi pêché, même minuscule, n'a pas le droit d'être relâché dans le lac de Fälen. Pour avoir plus de chance de les attraper, les pêcheurs doivent s'y rendre en fin de journée ou la nuit, le moment où ils sont le plus actifs. À la fin de l'été, ces gros poissons seront évacués mécaniquement à l'aide de filets à grosses mailles.

par Mélanie Beney