Des chercheurs bâlois améliorent le traitement du cancer du sein

Une équipe de l’Université de Bâle est parvenue à transformer des cellules cancéreuses en cellules «normales». Ce procédé n’avait encore jamais été utilisé avec succès sur des tumeurs solides.

21 sept. 2022, 17:27
Les chercheurs de l'Université de Bâle ont réussi à mettre en œuvre le procédé de la différenciation sur un cancer du sein triple négatif, un genre particulièrement agressif (illustration).

Des chercheurs de l’Université de Bâle ont réalisé une percée dans le traitement du cancer du sein. Ils ont réussi à transformer des cellules cancéreuses en un type de cellules moins nuisible.

Les cellules cancéreuses ont des caractéristiques semblables aux cellules souches et ont une grande faculté d’adaptation, indique l’Université de Bâle mercredi. L’équipe du spécialiste en biomédecine Mohamed Bentires-Alj a donc testé la possibilité de laisser des cellules cancéreuses arriver à maturité pour les convertir en cellules «normales».


Ce procédé est appelé «différenciation». Jusqu’à présent il était déjà utilisé avec succès dans le traitement de la leucémie, mais pas encore sur des tumeurs solides. Les chercheurs bâlois ont réussi toutefois à mettre en œuvre une telle différenciation sur un cancer du sein triple négatif, un genre particulièrement agressif et encore «peu maîtrisé» de cancer du sein.

«Notre étude nous a permis de trouver le mécanisme permettant de convertir des cellules cancéreuses agressives, de manière à ce qu’elles évaluent de manière semblable à des cellules normales», explique Mohamed Bentires-Alj à Keystone-ATS. Les résultats de ce travail de recherche ouvrent de nouvelles voies dans le traitement du cancer du sein triple négatif.

par Keystone - ATS