Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Des bénéfices concrets»

Les oeuvres d'entraide approuvent le milliard de cohésion, en votation le 26 novembre. Alliance Sud estime que cette loi renforcera l'aide suisse au développement Les ?uvres d?entraide ont plaidé hier à Berne pour le milliard de cohésion en faveur des dix nouveaux membres de l?Union européenne (UE), soumis à votation le 26 novembre. C?est de l?argent bien investi qui profite également à la Suisse, a notamment estimé Jürg Krummenacher, directeur de Caritas Suisse. Bastienne Joerchel, responsable du bureau romand d?Alliance Sud, qui regroupe six grandes organisations suisses d?entraide, approfondit les raisons de ce soutien. /ap

22 oct. 2006, 12:00

Pour quels motifs les oeuvres d'entraide appuient-elles la contribution de cohésion aux nouveaux membres de l'UE?

Bastienne Joerchel: Pour nous, ce milliard réparti sur 10 ans est le prix à payer pour les bilatérales II. La Suisse en retirera des bénéfices concrets. Il est donc normal qu'elle apporte sa contribution à la cohésion de l'UE.

Par ailleurs, un rejet de la loi priverait de base juridique la poursuite de l'aide aux pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale alors même que ce volet est incontesté.

Comment pouvez-vous accepter que ce milliard soit financé au détriment de cette aide traditionnelle à l'Est?

B.J.: Nous avions refusé le projet initial, qui voulait que le financement soit pris intégralement sur le budget de l'aide publique au développement. Nous ne voulions pas que la Suisse fasse payer sa politique européenne par les pays les plus pauvres.

En vertu de la nouvelle proposition de financement du Conseil fédéral, il n'y aurait plus que 20% de la contribution de cohésion qui serait financée à partir du budget Est assimilable à de l'aide au développement.

C'est encore trop, mais le Parti socialiste, le Parti radical et le Parti démocrate-chrétien se sont engagés en août dernier à compenser intégralement ce 20% par une augmentation du crédit Est dans les prochaines années.

Sans cet engagement des trois partis gouvernementaux, auriez-vous soutenu le projet?

B.J.: Je pense que nous aurions eu beaucoup plus de difficultés à soutenir la loi. Je ne pense pas que nous l'aurions combattue, car nous sommes favorables à la contribution de cohésion, mais nous ne nous serions pas engagés publiquement. /CIM

Votre publicité ici avec IMPACT_medias