Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Débats autour du prix

29 mai 2017, 00:41

L’abandon des cultures de betteraves menace à long terme la production sucrière helvétique, selon Josef Meyer, président de la Fédération suisse des betteraviers. Au Parlement, les débats s’orientent sur un prix minimum du sucre en Suisse pour contrer les importations européennes à bon marché.

«Veut-on assurer la production de sucre en Suisse et garantir un auto-approvisionnement en cas de crise?», questionne Josef Meyer. «Si oui, des mesures sur le long terme sont nécessaires. Les politiques doivent s’entendre et agir.»

D’autant que l’Union européenne (UE) est censée abolir ses quotas de production de sucre cette année et supprimer les restrictions à l’exportation. Selon la Fédération suisse des betteraviers, il faut s’attendre à de nouvelles chutes des prix.

«Avec cette libéralisation, de très importants surplus de l’UE pourront être importés à des prix dérisoires les années de bonne récolte des betteraves», explique Josef Meyer. «En supprimant ses quotas, Bruxelles couvrirait 120% de...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias