Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Cuche et Albrecht à l'assaut de l'Amérique

Après la brillante entrée en matière à Sölden, les skieurs suisses entendent confirmer lors de la tournée américaine qui débute demain à Lake Louise.

28 nov. 2008, 11:35

Entre le doublé Albrecht-Cuche à Sölden et le retour probant de blessure de Zurbriggen à Levi (4e), difficile d'offrir mieux comme amuse-gueule de saison pour le ski alpin suisse. L'heure est maintenant venue d'attaquer le plat principal. Avec au menu, une descente demain à Lake Louise (Can) et un super-G dimanche.

Même Martin Rufener, entraîneur en chef et d'ordinaire roi de la prudence, est forcé d'admettre la valeur de son escouade: «Nous sommes meilleurs d'année en année, notre équipe est toujours plus performante».

Une bonification qui concerne aussi Didier Cuche (34 ans) à l'aube de sa 16e saison en Coupe du monde. Deuxième en géant à Sölden, alors qu'il se disait pas encore totalement affûté, le Neuchâtelois a impressionné entraîneurs et coéquipiers lors des entraînements en vitesse. «Didier a fait fort pendant toute la préparation. Sa motivation est extraordinaire», relève Rufener.

Et encore, le coureur du Val-de-Ruz en a gardé sous le pied: «Je n'ai pas skié à la limite ces derniers jours, pour éviter une chute et une blessure bête», explique Didier Cuche. «Reste que je me sens en grande forme. J'ai hâte d'en découdre en course.»

Demain à Lake Louise, Cuche tentera d'offrir à la Suisse une première victoire dans l'Alberta depuis le succès de Franz Heinzer, il y a 17 ans. Il partira surtout à la pêche aux points. Pour le globe de descente, dont il est double tenant du titre, celui de super-G et celui du classement général. Ainsi, en ajoutant les épreuves de Beaver Creek (EU) qui se tiendront dans la foulée de Lake Louise, il n'est pas utopique d'imaginer un Cuche leader de la Coupe du monde lors du retour en Europe.

L'an passé, c'est Daniel Albrecht qui avait bouclé la tournée nord-américaine dans le costume du no 1 grâce à deux victoires à Beaver Creek. Le Valaisan n'a par contre jamais été en lice à Lake Louise. «Mais cela ne joue pas un grand rôle pour lui», relativise Martin Rufener. «Il a le flair pour trouver de bonnes trajectoires sur de nouvelles pistes. De plus, ses progrès sur les portions de glisse ont été remarquables.»

Axée sur la vitesse, cette tournée nord-américaine devrait sourire à un troisième coureur, et pas des moindres, Bode Miller. Le vainqueur du classement général 2007-2008 a effectué une préparation toute personnelle cet été en descente: aucun entraînement, zéro mètre parcouru avec ses skis de descente. Cela lui a permis de se revigorer en slalom (2e rang inespéré à Levi). Mais cela ne l'a pas empêché d'enlever les deux entraînement mercredi et hier à Lake Louise. /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias