Réservé aux abonnés

Consommateurs bien obligés d'avaler un cassis au goût amer

Les denrées alimentaires ne seront pas exclues du cassis de Dijon. Le Conseil des Etats ne veut pas donner un mauvais signal en pleine crise du franc fort.
07 août 2015, 15:32
data_art_9224615.jpg

CHRISTIANE IMSAND

Le constat est unanime au sein du Conseil des Etats: le cassis de Dijon ne sert à rien. Cette règle qui permet, depuis 2010, de commercialiser en Suisse des produits européens non conformes aux normes helvétiques n'a pas produit l'effet escompté. Les nouveaux produits apparus sur le marché sont peu nombreux, de piètre qualité et l'effet sur les prix est imperceptible.

Pour la majorité, franc fort oblige, ce n'est pourtant pas le moment de renoncer à cette mesure de libéralisation du commerce. Le plénum a décidé, hier, par 28 voix contre 16 et une abstention, de ne pas entrer ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois