Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Commerce: trois quarts des fourrures ne sont pas correctement déclarées en Suisse

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a effectué des contrôles autant dans de grandes chaînes que dans de petits magasins, en passant par les ventes en ligne. 79% d’entre eux n’étaient pas concluants.

15 oct. 2020, 19:51
L'OSAV constate que les connaissances continuent d'être lacunaires dans le milieu de la vente. (illustration)

Entre 2019 et 2020, plus des trois quarts des contrôles faits auprès de points de vente sur la déclaration des fourrures ont donné lieu à des contestations de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). Ce dernier souhaite notamment mieux informer les professionnels de la vente.

L’OSAV a effectué des contrôles autant dans de grandes chaînes que dans de petits magasins, en passant par les ventes en ligne, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué. Sur 180 contrôles réalisés, 142 n’étaient pas concluants, soit 79%.

Dans la majorité des cas, les manquements ont pu être corrigés dans le délai imparti. Un peu moins d’un quart ont fait l’objet d’une décision administrative et quatre cas ont mené à une procédure pénale.

A lire aussi : Commerce: les fourrures ne sont pas toujours déclarées correctement en Suisse

6950 produits de pelleterie ont été contrôlés: 63% d’entre eux étaient déclarés correctement, 15% ne portaient aucune déclaration et 22% en portaient une erronée, écrit l’OSAV.

Les produits affichant le plus de manquements étaient des cols de veste. Les produits issus de chien viverrin, de renard polaire et de vison ont été les plus contestés.

Connaissances lacunaires

L’OSAV, qui effectue des contrôles depuis 2013, constate que les connaissances continuent d’être lacunaires dans le milieu de la vente. L’office va donc intensifier le travail d’information et renforcer les mesures d’application du droit, comme raccourcir le délai pour corriger les manquements. En cas de non-conformité une fois le délai imparti passé, l’OSAV engagera des actions judiciaires.

L’ordonnance sur la déclaration des fourrures a été révisée le 1er avril 2020. Les nouvelles dispositions introduites concernent un étiquetage plus clair et plus complet, ceci afin que les clients prennent une décision «en toute connaissance de cause», selon l’OSAV.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias