Réservé aux abonnés

Comment l’hôtellerie de luxe neuchâteloise affronte la crise

Les Suisses qui ont découvert Neuchâtel en masse cet été ont sauvé la saison des deux palaces du littoral que sont le Beau-Rivage et le Palafitte. Mais l’hiver sera rude, notamment à cause du télétravail. Voici comment les établissements comptent faire face.
01 nov. 2020, 19:28
Les hôtels neuchâtelois (ici le Palafitte) doivent faire avec moins de tourisme d'affaires. Ils devraient en partie compter, en revanche, sur la nouvelle réputation touristique de Neuchâtel en Suisse.

Le Beau-Rivage, à Neuchâtel, est forcé par le Covid-19 à revoir son modèle d’affaires. Son directeur, Marc Landert, doit désormais remédier à l’absence des voyageurs professionnels et trouver d’autres clients.

Cet été, les touristes suisses sont venus en nombre. Certains jours, les salles où se déroulent habituellement séminaires feutrés et signatures de contrats juteux étaient pleines à craquer… de vélos électriques.

Le patron s&rsquo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois