CFF: pourquoi des capteurs suivront les voyageurs dans plus de 20 gares

Grâce à un contrat de près de 10 millions de francs avec une entreprise spécialisée dans l’analyse de données, les CFF vont mettre en place des systèmes de suivi des passagers dans 20 à 50 gares de Suisse. Explications.
18 nov. 2021, 13:14
Les gares de Berne, Bâle, Lenzbourg et Zurich Hardbrücke sont déjà équipées de capteurs.

De quoi parle-t-on?

Les CFF vont installer un système de capteurs pour suivre les pendulaires. Pour ce faire, ils ont signé un contrat de 10,2 millions de francs avec la société zurichoise Analysis Simulation Engineering, spécialisée dans l’analyse de données, a révélé mercredi dernier le site web alémanique spécialisé dans l’informatique Inside IT. Si aucun nom de ville n’a pour l’heure été communiqué, entre 20 et 50 gares pourront être équipés de ces petits boîtiers.


A quoi servent les capteurs?

Ces sortes de caméras servent à faire en sorte que les voyageurs puissent circuler de la meilleure manière possible dans les gares. «Le but est d’assurer la sécurité et la meilleure capacité possible des espaces de circulation et des structures des gares», a déclaré un porte-parole des CFF au Temps mardi.

Le but est d’assurer la sécurité et la meilleure capacité possible des espaces de circulation et des structures des gares.
Un porte-parole des CFF, au Temps

Avec des algorithmes qui analysent des données, les capteurs sont notamment capables de distinguer des employés et des clients par les mouvements, d’identifier si elles portent un masque de protection ou non ou encore de détecter des bagages abandonnés, a expliqué le directeur d’Analysis Simulation Engineering au quotidien romand.


Sont-ils déjà utilisés par les CFF?

Oui, depuis 2019, les CFF utilisent ces appareils pour compter les personnes et mesurer leurs parcours avec précision dans certaines gares, rappelle ICT Journal. Aujourd’hui, 17 surfaces de 40 à 700 m2 sont sous surveillance numérique dans les gares de Bâle, Berne, Lenzbourg et Zurich Hardbrücke.

Selon Le Temps, des entreprises, comme Swisscom, Coop et Google, utilisent déjà des systèmes de surveillance anonymes comparable pour suivre les mouvements des utilisateurs.


Est-ce risqué pour nos données?

Non, selon un porte-parole des CFF interrogé par Inside IT, la protection des données sera respectée à tout moment car il n’est pas possible d’identifier des personnes et les images ne sont pas enregistrées. Citée par Le Temps, la porte-parole du préposé fédéral à la protection des données indique que les CFF leur «ont confirmé qu’il s’agit de données absolument anonymes».

par Andy Maître