C'est confirmé, la saison des champignons s'allonge

Une équipe de chercheurs internationale confirme confirme qu'en raison du réchauffement, la saison des champignons est désormais plus longue dans plusieurs pays européens.

21 août 2012, 17:16
champignons_key

Une équipe internationale avec participation suisse a analysé pour la première fois la croissance des champignons sur une quarantaine d'années. Ces travaux confirment qu'en raison du réchauffement, leur saison est désormais plus longue dans plusieurs pays européens.

Le groupe de chercheurs sous la direction de l'Université d'Oslo, auquel participaient également trois scientifiques de l'Institut fédéral sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), a analysé la période de croissance des champignons depuis les années 1970. Il s'est appuyé sur le dépouillement de 750'000 données concernant les champignons en Suisse, Grande-Bretagne, Norvège et Autriche.
 
Celles-ci montrent que non seulement la saison se prolonge continuellement dans les quatre pays, mais aussi qu'elle se décale pour devenir plus tardive. L'équipe explique cette tendance par des températures plus élevées et des phases végétatives en général plus longues, a indiqué mardi le WSL dans un communiqué.
 
Les scientifiques ont observé que l'on peut ramasser des champignons plus tard dans l'année dans toutes les régions en raison de la tendance constatée partout d'une arrivée plus tardive de la neige et du gel. En Grande-Bretagne, non seulement la saison des champignons dure plus longtemps, mais elle commence également plus tôt, ce qu'on peut expliquer par le climat océanique et les hivers plus doux.
 
Même si quelques espèces se comportent différemment, les tendances sont très similaires au sein d'un même genre de champignons dans toutes les régions, écrivent les chercheurs dans la revue américaine "Proceedings of the National Academy of Science" (PNAS).
 
Etude suisse confirmée
 
Ces conclusions sont en phase avec deux autres études publiées l'an dernier et impliquant le WSL. L'une constatait la présence de truffes de plus en plus nombreuses dans le sud de l'Allemagne. L'autre portait sur l'observation pendant 32 ans de la réserve de champignons de La Chanéaz à Montagny (FR) et arrivait à la conclusion qu'on en trouve actuellement deux fois plus que dans les années 1970.
 
Depuis 1975, il fait plus chaud, la photosynthèse des arbres est donc meilleure et plus longue sur l'année, ce qui profite également par symbiose aux champignons. L'étude fribourgeoise avait aussi montré que la fructification des champignons à la fin de l'été se produit actuellement une dizaine de jours plus tard qu'en 1991.
 
Le réchauffement climatique pourrait donc avoir différentes influences positives sur les champignons, écrivaient les chercheurs: de meilleures cueillettes pour les amateurs, plus de nourriture pour les animaux et également plus de nutriments pour les arbres via la symbiose mycorhizienne.
 
En effet, les champignons n'ont pas seulement un intérêt culinaire. Ils assurent des fonctions importantes dans nos forêts lorsqu'ils décomposent la matière organique ou qu'ils se mettent en symbiose avec les arbres. Des modifications à long terme de la croissance des champignons et de leur cycle peuvent avoir un impact durable sur des écosystèmes forestiers complets, et donc sur le bilan de carbone global, conclut le WSL.