Bruit des avions: le gouvernement allemand approuve l'accord conclu avec la Suisse

Le gouvernement allemand a approuvé aujourd'hui l'accord trouvé avec la Suisse sur le bruit des avions.

22 août 2012, 11:50
Un avion assurant la liaison New-York Moscou a dû faire jeudi une escale forcée en Islande en raison d'une alerte à la bombe. L'appareil parti de l'aéroport John F. Kennedy de New-York transportait 253 personnes à son bord.

Conclu en juillet après des années de bisbille, l'accord sur les avion entre l'Allemagne et la Suisse porte sur le trafic aérien au départ et à destination de l'aéroport de Zurich, qui affecte notamment la région de la Forêt noire, au sud de l'Allemagne.

Le Conseil fédéral a lui-même approuvé il y a une semaine cet accord. Il a chargé Doris Leuthard, cheffe du Département des transports (DETEC) de participer à la cérémonie de signature en septembre.
 
Mme Leuthard et son homologue allemand Peter Ramsauer avaient informé début juillet leurs pays respectifs du règlement du litige, pour lequel les deux parties ont dû faire des concessions.
 
L'Allemagne a renoncé à plafonner le nombre de survols du sud de son territoire. En échange, les avions passeront au-dessus de la Suisse dès 18h00 au lieu de 21h00 actuellement. 
 
L'Allemagne a aussi donné son feu vert aux approches coudées par le nord, procédure selon laquelle les appareils longent la frontière côté suisse avant de gagner Zurich.
 
Les régions allemandes de la Forêt noire et bordant le lac de Constance doivent ainsi être déchargées d'une partie du bruit qui incommode leur population. La plupart des avions continueront toutefois de survoler le sud de l'Allemagne pour gagner Zurich.
 
Etapes ultérieures
 
Après la signature prévue en septembre, l'accord devra passer devant les parlements des deux pays pour ratification. Le message pourrait être transmis aux Chambres fédérales avant la fin de l'année.
 
Pour répondre aux exigences de l'accord, l'aéroport de Zurich-Kloten devra allonger des pistes d'atterrissage et de décollage. L'accord n'entrera en vigueur que lorsque l'extension aura été réalisée, mais au plus tard en 2020.
 
Le gouvernement zurichois et le parlement cantonal devront se prononcer sur l'extension des pistes.
 
La décision du Grand conseil zurichois, toute comme celle des Chambres fédérales sur la ratification de l'accord peuvent être combattues par référendum. Le peuple suisse et les citoyens zurichois pourraient donc devoir voter.
 
Même si le verdict populaire est positif, des oppositions sont probables devant les tribunaux. L'aéroport de Zurich-Kloten s'attend à une longue procédure.