Avions de combat: l’acquisition des avions aux mains du Conseil fédéral

La commission de la politique de sécurité ne souhaite pas prendre part aux démarches liées à l’achat des nouveaux avions de combat pour la Suisse. Le Conseil fédéral sera seul pour poursuivre les démarches.
27 oct. 2020, 16:55
Le F-35A de Lockheed-Martin fait partie des modèles qui intéressent la Suisse.

Le Conseil fédéral devrait se charger seul du processus d’acquisition des avions de combat. La commission de la politique de sécurité du Conseil national ne souhaite pas accompagner ces démarches, fait-elle savoir mardi.

Elle ne se prononcera à nouveau sur le programme Air2030 que lorsque le crédit d’acquisition du nouvel avion de combat et du projet de défense sol-air aura été soumis au Parlement.

Les informations sur les offres reçues ne devraient pas être publiées. De même aucune audition consacrée à la question de la corruption n’est nécessaire, précisent mardi les services du Parlement. Ces décisions ont été prises par 16 voix contre 8.

6 milliards

Le 27 septembre, les Suisses ont dit «oui» de justesse aux nouveaux avions de combat. Ils ont accepté l’enveloppe de 6 milliards de francs par 50,1%.

A lire aussi: Votations fédérales – Avions de combat: les résultats commune par commune

Cette somme doit permettre d’acheter les avions de combat qui remplaceront les 26 F-5 Tiger et les 30 F/A-18 de l’armée. Quatre jets sont en lice: le Rafale du français Dassault, l’Eurofighter de l’européen Airbus et les deux avions américains, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin.