Atterrissage d'urgence à Genève

10 mai 2009, 14:11

Quinze passagers ont été blessés hier dans des turbulences «extrêmement fortes» au cours d'un vol de la compagnie aérienne allemande Lufthansa entre Munich et Lisbonne. L'appareil a dû atterrir d'urgence à Genève et huit personnes ont été placées en observation dans des hôpitaux de la région.

Le commandant du vol a donné l'alerte à 20h20, a indiqué le porte-parole de l'aéroport de Cointrin Bertrand Stämpfli. Un poste médical avancé a alors été mis en place sur le tarmac pour  dispenser les premiers soins.

Treize passagers et deux hôtesses ont été blessés lors des violentes turbulences traversées par l'Airbus A321 de Lufthansa. Huit des blessés, dont certains se sont évanouis pour quelques secondes, ont été placés en observation pendant douze heures, selon  le porte-parole. Ils ont été transférés aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG) et à l'hôpital de la Tour.

Les sept autres, ne souffrant que d'égratignures, ont pu être  pris en charge à l'aéroport.

147 personnes évoquées

Le commandant a pris la décision d'atterrir à Genève pour que les  passagers souffrants puissent être soignés. L'avion n'a pas subi de dommages, a précisé le porte-parole. L'appareil va toutefois être contrôlé.

Les autres passagers ont pu regagner la capitale portugaise à  bord d'un autre appareil de Lufthansa dans la nuit de samedi à dimanche.

Certains passagers du vol 4544 de l'Airbus A321 de Lufthansa,  transportant 147 personnes, «voyageaient sans leurs ceintures de  sécurité attachées contrairement à ce qui est recommandé en début de  vol», a déclaré Margarida Pereira-Müller, porte-parole de Lufthansa  au Portugal, à l'arrivée de l'appareil à l'aéroport de Lisbonne.

Président du Parlement à bord

Parmi les voyageurs, se trouvaient le président du parlement  portugais Jaime Gama, qui rentrait d'un voyage officiel à Pékin accompagné d'un groupe de députés, et la chanteuse portugaise Dulce Pontes.

»Le signal lumineux n'était pas allumé, mais beaucoup de personnes avait leurs ceintures attachées. En revanche d'autres pas. Ce sont eux, ainsi que l'équipage, qui servait les repas, qui ont le  plus souffert», a raconté M. Gama à sa descente d'avion.

»Tout le monde a réagi de manière sereine, a-t-il affirmé. Ce fut  une situation inopinée comme celles qui se produisent dans  l'aviation», a-t-il également ajouté. /ats