Asile: la Confédération donne davantage d'argent aux cantons pour intégrer les réfugiés

La Confédération augmente l'aide financière aux cantons pour l'intégration des réfugiés dans le monde du travail. Le coût supplémentaire de cette mesure se chiffre à quelque 132 millions de francs par an.

30 avr. 2018, 14:00
Les mesures devraient concerner chaque année 11'000 réfugiés reconnus et personnes admises à titre provisoire.

Les cantons recevront de la Confédération davantage d'argent pour encourager l'intégration des réfugiés dans le monde du travail. Ils ont élaboré un agenda commun qui implique un coût supplémentaire de 132 millions de francs par an.

La Confédération va augmenter à 18'000 francs le montant du forfait d'intégration versé aux cantons, soit 12'000 francs de plus que les contributions actuelles, a indiqué lundi le Département fédéral de la justice (DFJP). Parallèlement, le montant des subventions versées par Berne au titre de l'aide sociale devrait diminuer globalement de 6000 francs par cas. Le système de financement sera facilité, la charge administrative de la Confédération et des cantons allégée.

Les mesures devraient concerner chaque année 11'000 réfugiés reconnus et personnes admises à titre provisoire. La Confédération et les cantons estiment qu’environ 70% de ces personnes en âge de travailler peuvent s'intégrer durablement dans le marché du travail et subvenir à leurs besoins.

Connaissances linguistiques de base

Pour concrétiser leur objectif, les cantons et la Confédération ont défini un agenda commun qui devrait être mis en oeuvre dès le printemps 2019. Il prend en compte les procédures d'asile accélérées qui seront introduites l'année prochaine.

L'agenda a été approuvé le 23 mars par la Conférence des gouvernements cantonaux et par le Conseil fédéral mercredi dernier lors de sa séance hebdomadaire. Le document fixe aussi des contraintes.

Tous les réfugiés et personnes admises à titre provisoire devront avoir acquis des connaissances de base d’une langue nationale après trois ans. Au moins la moitié des adultes devra être insérée dans le marché du travail après sept ans. Pour chaque franc investi, les collectivités publiques devraient économiser à long terme jusqu’à quatre francs par personne.

L’agenda ne touche que le domaine de l'asile. Les prestations d'intégration destinées aux adolescents et aux jeunes adultes qui arrivent en Suisse par un autre canal feront l'objet d'une évaluation.