Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Arsenal et le Bayern passent en quarts

10 mars 2010, 12:33

Arsenal et le Bayern Munich sont les premières équipes qualifiées pour les quarts de finale de la Ligue des champions. A Londres, les Gunners ont laminé Porto 5-0 et ont ainsi effacé le revers 2-1 concédé à l'aller. Le Bayern, bien que battu 3-2 à Florence, passe aussi grâce aux buts inscrits à l'extérieur (2-1 à l'aller).

Malgré sa kyrielle d'absences, et notamment celle de son maître à jouer Cesc Fabregas, Arsenal a résolument empoigné le match, mettant d'emblée une forte pression sur la défense portugaise. Après deux alertes, celle-ci craquait dès la 10e sur une passe de Nasri dans l'axe qui permettait à Bendtner d'ouvrir un brin chanceusement le score.

L'attaquant danois, vertement critiqué samedi après avoir manqué la bagatelle de six grosses occasions contre Burnley, continuait son opération rachat en doublant la mise à la 25e, après un caviar d'Arshavin. Le Russe, en la circonstance, profitait de la naïveté de l'arrière-garde de Porto.

Les visiteurs passaient tout près de revenir à 2-1 à l'heure de jeu, mais Nasri sauvait sur la ligne pour son gardien. Peu après, au terme d'un superbe solo, le Français signait le 3-0 décisif, suivi encore deux minutes plus tard d'une réussite d'Eboué en contre. Dans les arrêts de jeu, Bendtner complétait son triplé sur penalty. Porto voyage vraiment mal en Angleterre: en treize rencontres disputées dans la verte Albion, il a perdu onze fois et obtenu deux nuls.

Dans une atmosphère hivernale à Florence, où le mercure frôlait le zéro degré, le Bayern a fait débuter comme latéral gauche le jeune Autrichien David Alaba (17 ans). Les deux équipes ont eu besoin de temps pour apprivoiser les conditions particulières de jeu, un vent très violent balayant le stade.

Cet élément jouait sans doute un rôle lors de l'ouverture du score des Italiens, Butt relâchant dans les pieds de Vargas un tir très lointain de Marchionni qu'il aurait dû normalement bloquer (28e). Peu après, Frey effectuait un arrêt miraculeux sur une frappe de Robben qui avait le poids de l'égalisation. Il s'agissait de la seule action dangereuse des Allemands lors de la première mi-temps, durant laquelle ils jouaient avec le vent de face. La Fiorentina confirmait son emprise en inscrivant un deuxième but par le redoutable Monténégrin Jovetic (54e), déjà bourreau de Liverpool cet automne. Les Bavarois, alors en mauvaise posture, réagissaient sur une frappe de Van Bommel, bien décalé par Ribéry (60e), qui les relançait enfin.

La partie devenait complètement débridée avec deux nouveaux buts signés Jovetic (64e, 3-1) puis Robben (65e, 3-2). Le Néerlandais, d'une frappe somptueuse dont il se fait une spécialité, qualifiait les Munichois grâce aux buts inscrits à l'extérieur. L'équipe de Louis Van Gaal a démontré de belles ressources morales en se sortant d'une situation qui semblait compromise. /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias