Armée: le Conseil national libère 771 millions et exige plus de moyens

Malgré le refus du Gripen par le peuple, le National a exigé une augmentation des moyens pour la défense.

22 sept. 2014, 19:25
Pour la Chambre du peuple, l'armée doit disposer de moyens atteignant 5 milliards de francs par année.

L'armée pourra faire des achats à raison de 771 millions de francs cette année. Après le Conseil des Etats, le National a accepté lundi le programme d'armement 2014. Dans la foulée, il a exigé une augmentation des moyens pour la défense, malgré le refus du Gripen par le peuple.

Le gouvernement a beau s'opposer à une augmentation du budget militaire, la Chambre du peuple n'en démord pas. Pour elle, l'armée doit disposer de moyens atteignant 5 milliards de francs par année.

Par 107 voix contre 73, la majorité de droite a adopté une motion de sa commission réclamant un programme d'armement "plus" d'ici fin février. Le but de ce texte, qui doit encore obtenir l'aval du Conseil des Etats, est de combler les "lacunes criantes" en matière d'équipement.

Pendant des années, l'armée s'est serrée la ceinture en prévision de l'achat des avions Gripen, a lancé Jakob Büchler (PDC/SG); il est désormais temps de combler les lacunes résultant de cette période de vaches maigres. Sinon, "nous pourrons bientôt déclarer notre armée sinistrée", a renchéri Roger Golay (MCG/GE).

Autres départements privés de moyens

Pour financer le surplus en faveur des militaires, la Chambre du peuple veut puiser dans le fonds constitué en prévision de l'achat avorté de 22 avions de combat. Quelque 300 millions de francs par an étaient réservés dans le budget de 2014 à 2016.

Après l'échec du Gripen, le Conseil fédéral a décidé d'attribuer la somme, environ 800 millions, aux autres départements. La droite n'en a eu cure, passant outre les explications officielles du ministre de la défense.

Il n'existe aucun projet d'armement assez mûr pour engager à court terme de tels moyens, a constaté en vain Ueli Maurer. Pour le gouvernement, l'armée devrait se contenter à terme d'une enveloppe annuelle de 4,875 milliards.

Programme 2014

Le programme d'armement 2014 a quant à lui été adopté par 131 voix contre 48. Une tentative d'enterrer tout le paquet a tourné court. Les Verts ont tempêté contre ces nouvelles emplettes opérées sans stratégie d'avenir aucune, alors que l'armée dispose de 1,1 milliard de restes de crédit.

Le poste le plus important (440 millions) est destiné à l'achat de 3200 voitures combi 4x4 Mercedes à 5 portes. Cette première tranche remplacera la flotte de quelque 5000 Steyr Daimler Puch 230 GE datant de 25 ans.

Ponts contestés

Le programme prévoit aussi douze véhicules porteurs et de pose de ponts pour 179 millions. La gauche a contesté en vain cette dépense censée servir aussi les besoins en cas de catastrophe naturelle. Il vaudrait mieux équiper la protection civile, a estimé Pierre-Alain Fridez (PS/JU). La majorité a aussi refusé de biffer un crédit de 68,75 millions destiné à 500 véhicules légers tout-terrain à titre de réserve.

Les autres enveloppes n'ont pas suscité la controverse. Quelques 120 millions serviront à l'achat de matériel informatique pour un nouveau centre de calcul. Enfin, 32 millions sont destinés à 106 simulateurs de tir au laser (6 pour char de commandement et 100 pour véhicules de transport de personnes).

Véhicules dépassés

Le paquet s'accompagnait d'une proposition du Conseil fédéral visant à mettre hors service des séries d'armes jugées surannées. L'armée doit se débarrasser de 96 chars Léopard et de 162 obusiers blindés M109. Les 54 avions de combat Tiger, qui devaient être remplacés par les Gripen, risquent aussi de passer à la trappe, même si leur sort n'est pas encore scellé.

Comme le Conseil des Etats, le National a refusé très largement d'entrer en matière pour des raisons formelles. Selon la loi, il n'appartient pas au Parlement mais au Département fédéral de la défense de prendre de telles décisions. La situation pourrait changer avec la réforme de l'armée, qui doit encore être débattue au Parlement.