Alimentation: le WWF critique «le culte de la beauté» pour les fruits et les légumes

Selon le WFF, 40% des aliments produits dans le monde ne sont jamais consommés. En Suisse, 330 kg de nourriture par personne sont gaspillés chaque année, notamment en raison de l’aspect des fruits et des légumes, pourtant consommables.
26 mai 2022, 08:29
Au niveau mondial, on estime à 1,2 milliard de tonnes la quantité de nourriture comestible jetée avant, pendant et après la récolte. (illustration)

Environ 40% des aliments produits dans le monde ne sont jamais consommés, rappelle le WWF. L’organisation appelle le commerce de détail, les transformateurs et les consommateurs à renoncer à leur «culte de la beauté» pour les fruits et les légumes.

Ces 40% d’aliments non consommés représentent environ 2,5 milliards de tonnes, précise le WWF Suisse jeudi dans un communiqué. D’un point de vue arithmétique, cela signifie que tous les aliments produits entre le 1er janvier 2022 et jeudi ont été jetés. En Suisse, 330 kg de nourriture par personne sont gaspillés chaque année, détaille le WWF.

Il est inadmissible que nous ne mangions pas des aliments en parfait état uniquement en raison de leur apparence.
Mariella Meyer du WWF Suisse

Selon l’organisation, ce gaspillage est notamment dû à la mise à l’écart des fruits ou des légumes n’ayant pas poussé selon les normes, au tri des marchandises très mûres ou aux exigences optiques des consommateurs.

Au niveau mondial, on estime à 1,2 milliard de tonnes la quantité de nourriture comestible jetée avant, pendant et après la récolte, écrit l’organisation environnementale. 1,3 milliard de tonnes sont gaspillées lors de la transformation, du transport et de la consommation finale.

A lire aussi: La fin du plastique sur les fruits et légumes? l’Empa élabore une éco-enveloppe «végétale»

«Il est inadmissible que nous ne mangions pas des aliments en parfait état uniquement en raison de leur apparence», s’exclame Mariella Meyer du WWF Suisse, citée dans le communiqué. Et d’ajouter que «pour endiguer le gaspillage alimentaire, nous devons intervenir à tous les niveaux de la chaîne de création de valeur – du champ à l’assiette». Dans les ménages aussi, on jette ce qui n’a plus l’air très frais, mais qui pourrait être consommé sans risque.

En avril, la Confédération a publié un plan d’action contre le gaspillage alimentaire. Il a été signé par 28 entreprises.

par Keystone - ATS