Réservé aux abonnés

Accros aux somnifères

D’après une enquête récente, au Tessin, 25,5% des 45 000 patients des cinq hôpitaux publics avaient coutume d’avaler des somnifères pour dormir. Une addiction qui représente un problème de santé.

18 avr. 2018, 00:01
DATA_ART_12083976

Albertina Bernasconi*, 83 ans, dit ne pas trouver le sommeil le soir sans avaler un somnifère. «Un véritable esclavage», se plaint-elle, d’autant qu’elle soupçonne que ces petites pilules bleu poudre soient à l’origine d’étourdissements et de ses pertes de mémoire. La Tessinoise admet consommer ces psychotropes depuis déjà plusieurs années. «Mon médecin a dû progressivement changer le dosage, puis le médicament, parce que l’effet diminuait.»

Quand Albertina a passé une fin de semaine chez sa fille, oubliant ses cachets et sans prescription, non seulement elle n’a pas fermé l’œil de la nuit, mai...