Le NUC doit surmonter sa déception européenne

Passé tout proche de l’exploit face à Minsk mercredi, le NUC se replonge dans les réalités du championnat de Suisse. Les Neuchâteloises se rendent ce samedi à Cheseaux, à 17h30. A la même heure, Valtra accueille un «gros morceau»: Kanti Schaffhouse.

20 déc. 2019, 17:34
Amanda Benson, Sarah Troesch, Tia Scambray (de gauche à droite) et leurs coéquipières du NUC veulent renouer avec la victoire à Cheseaux.

Le NUC n’a que très peu de temps à disposition pour «digérer» sa défaite au golden set en Coupe d’Europe face à Minsk. Les Neuchâteloises doivent replonger dans les réalités du championnat de Suisse avec un déplacement ce samedi à Cheseaux (17h30).

«Je me moque de savoir si c’est facile d’absorber une telle déception. Nous sommes une équipe ambitieuse et lorsque les objectifs sont élevés, il faut savoir se remobiliser pour gagner des matches.» La coach Lauren Bertolacci n’est pas femme à nourrir des regrets. Toutes ses pensées sont désormais dédiées à Cheseaux.

L’équipe vaudoise, qui avait perdu 3-1 à l’aller à la Riveraine («Mais nous jouions sans Tia Scambray, blessée», rappelle Lauren Bertolacci), le 20 octobre, a progressé depuis. Actuellement sixième de LNA (le NUC est deuxième), elle a pris un point à Guin et s’est imposée 3-1 à Lugano lors des deux derniers matches.

Valtra en quête d’exploit

«Les filles de Cheseaux ne lâchent jamais, elles se battent sur chaque point. Alors, évidemment, si on analyse la valeur des deux contingents, le NUC est plus fort. Mais nous ne pouvons nous permettre aucun relâchement», prévient l’Australienne.

A la même heure (17h30, donc), Valtra accueillera un «gros client». Kanti Schaffhouse, qui a battu le NUC le 7 décembre, fait en effet partie du «big four» de LNA. Les Vallonnières qui, après leur succès à Toggenburg, sont sorties de la zone de relégation (8es), peuvent cependant aborder cette rencontre sans trop de pression: tout autre résultat qu’une défaite 3-0 serait très encourageant.