Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le NUC abonné aux victoires en cinq sets

06 déc. 2010, 11:46

Le NUC a décidément lancé un cycle dédié à Alfred Hitchcock. Une semaine après avoir battu Bienne en cinq sets, les filles de Philipp Schütz ont remis ça hier soir à Guin en s'imposant en 1h53' (31-29 20-25 19-25 25-10 12-15). «Ces temps-ci, je m'attends à tout», soufflait le coach.

Car le match d'hier s'est découpé en plusieurs séquences. «Quand on arrive à stabiliser la réception, comme durant une bonne partie du premier set, comme durant le troisième et le cinquième, on peut battre n'importe qui. Et Guin, sur tout le match, a beaucoup servi sur Anna Protasenia et Sabine Frey. C'est aussi pour cela que j'ai laissé Nadège Paquier au cinquième, pour stabiliser la réception.»

Après la perte de la première manche, le NUC a renversé la vapeur. Grâce, notamment, à un début de deuxième set tonitruant et une magnifique série d'Anna Protasenia au service, les Neuchâteloises ont mené 8-1. Ce qui leur a permis de gérer et de retrouver le moral.

A 2-1, la suite fut plus chaotique pour les visiteuses. «Le quatrième set, il ne faut même pas en parler», soupirait Philipp Schütz. «Nous étions complètement à côté...» Une statistique? Guin a mené 12-3, puis 18-4! «Du coup, j'ai préféré laisser respirer les filles qui avaient déjà beaucoup donné», reprenait le Fribourgeois. «Notamment notre passeuse, Bryn Kehoe, qui a pu reposer un peu son épaule.» Et cela s'est senti au cinquième set, où le NUC a sans cesse fait la course en tête.

«C'est le moment de tirer un premier bilan», relançait Philipp Schütz. «Certaines choses sont mieux que la saison dernière. Quand tout va bien, nous avons vraiment le potentiel pour nous situer dans les toutes premières places. Sinon, parfois, nous avons des bas, nous connaissons beaucoup de trous. Cela révèle un certain manque de stabilité. Il nous manque aussi une fille d'expérience, une leader, du style de Sarah Rohrer. Reste que nous sommes bien au classement actuellement, dans les meilleurs qui suivent Voléro. Je n'ai jamais pensé que nous serions si vite dans ces places. Il ne faut pas trop s'enflammer, ni s'imaginer que nous allons tout gagner. Nous pouvons être contents d'être troisièmes!»

Voilà pour le championnat. Maintenant s'ouvre la parenthèse européenne, avec un déplacement, dès demain matin aux Pays-Bas. Le gros mois de décembre du NUC a commencé avec un match à rebondissements. Puisse la suite sourire autant aux Neuchâteloises.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias