«Vancouver 2010» reçoit un diplôme

En attendant les vrais athlètes à partir du 12 février 2010, Sega vous invite à la course aux chronos des Jeux olympiques de Vancouver. Le résultat mitigé ne permet pas à «Vancouver 2010» de se hisser parmi les médaillés.
03 févr. 2010, 15:36

Développé par Eurocom, auteur du plaisant «Pékin 2008», «Vancouver 2010» disposait de tous les atouts de la réussite. Mais ça n'a pas suffi face à l'avarice des développeurs tant dans le nombre de disciplines que dans l'immersion.

Au menu, 14 disciplines (36 pour «Pékin 2008»!), à sélectionner avec attention. Laissons de côté le patinage de vitesse raté et le ski acrobatique impraticable pour nous intéresser tout d'abord au ski de piste. La descente, le super-G, le slalom géant et le slalom spécial affichent une présentation très réaliste. Les sensations avec la neige, les bosses à gérer ainsi que la vitesse font de ces épreuves de ski alpin de belles réussites. Le contrôle des skieurs, bien que réduit au plus simple, laisse apparaître une accessibilité agréable sans basculer dans la facilité. Un équilibre toujours délicat, parfaitement géré.

Le saut à ski procure encore plus de sensations. Les instants sont intenses, assis au départ attendant le moment propice pour s'élancer. Une fois parti, le bruit du vent augmentant avec la vitesse, associé à la respiration du sauteur, aux skis qui tremblent et à la vue qui se trouble, pousse l'immersion du joueur à son paroxysme. De plus, comme dans tout le jeu, les paysages dignes d'une carte postale de haute montagne ajoutent le plaisir des yeux à celui des sensations. Un résultat remarquable.

Moins réussi, mais de bonne facture, le bobsleigh ainsi que le skeleton et la luge (les trois sont très proches) parviennent à transmettre une expérience bien différente d'autres épreuves. Notamment avec une impression de vitesse décoiffante.

Hormis un nombre de disciplines chétif, le gros point noir de «Vancouver 2010» se trouve dans le mode Jeux olympiques (un comble!) bizarrement raté. Le souci ne vient pas des épreuves, mais de la crédibilité de l'enrobage. Quand vous participez à une discipline, il n'y a que quatre concurrents dans le classement final! Pourquoi? Et question d'achever la magie des jeux, les adversaires s'appellent «ORD USA» pour le représentant des Etats-Unis ou «ORD POR» pour celui du Portugal. Eh oui, vous avez bien lu, lors de notre médaille d'argent à la descente, le coureur portugais a remporté l'or. Avec tout le respect dû aux athlètes du Portugal, la probabilité est plutôt faible.

Mais ces gros problèmes ne doivent pas éclipser les épreuves réussies qui assurent à «Vancouver 2010» un diplôme olympique, faute de médailles. /LCR

Vancouver 2010 (Sega)
Age conseillé: 8 ans
Genre: épreuves hivernales
Machines: PS3, XBox 360, PC
Appréciation: 14 /20