Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un esprit de revanche

Ce soir, le HCC affronte un Bienne qui l'a battu trois fois cet hiver, mais qui n'est plus aussi fringant. Sébastien Kohler veut croire à l'exploit, et à un coup de pouce du destin Ce 13 décembre 2005, Sébastien Kohler ne l'a pas encore oublié. Il est d'ailleurs bien loin de le faire. Ce jour-là, le HCC avait littéralement sombré au Stade de Glace, étrillé 9-4 par Bienne. «C'est le seul match depuis bien longtemps où j'ai dû céder ma place. C'est dire si j'ai une revanche à prendre» lance le portier des Mélèzes.

27 janv. 2006, 12:00
Miser sur la défensive

Le passé récent ne pousse pourtant pas forcément à l'optimisme, puisque les Seelandais se sont adjugé tous les derbies horlogers cette saison (5-1, 6-1 et 9-4). Mais malgré la situation difficile dans laquelle le HCC est actuellement englué, Sébastien Kohler veut croire en la bonne étoile chaux-de-fonnière. «Ce n'est pas parce que nous avons perdu trois fois contre Bienne cette saison que nous partons battus d'avance. Un match commence à 0-0 et non pas à 5-0, clame, assez justement, «Seba». De plus, Bienne, comme Sierre d'ailleurs (réd: que le HCC s'en va affronter dimanche...) ne traverse pas forcément sa meilleure période actuellement. Les Biennois et les Valaisans sont bons à prendre!»

D'autant que le HCC a souvent réussi de bonnes performances contre les «grosses» équipes. «Quand nous devons faire le jeu, nous ne jouons pas bien. Notre force, c'est la défensive, et c'est là qu'il faudra être fort contre Bienne!» De toute façon, et Sébastien Kohler en convient parfaitement, le HCC n'a plus le droit à l'erreur s'il veut accrocher les play-off. «Maintenant, c'est «voll Gas», en avant toute! rigole l'ancien portier de FR Gottéron. Tout le monde dit que c'est la «cata», que nous sommes des «couillons». Mais mathématiquement, tout est encore possible. Et si nous gagnons deux fois ce week-end, on sera de nouveau des dieux!»

A l'instar de tous ses coéquipiers, «Seba» croit à l'exploit et peut-être même à un petit coup de pouce du... destin. «Vous savez, j'imagine que Bienne ou Sierre préfèrent affronter le HCC en play-off plutôt que les GCK Lions... Ce ne sont évidemment que des spéculations, mais cela doit nous pousser à y croire, non?» Pas faux, Sébastien...

D'autant que les joueurs jouent gros. «On ne fait pas exprès de perdre. C'est quand même nos salaires qui sont en jeu!» /DBU

Votre publicité ici avec IMPACT_medias