Un Critérium jurassien de qualité

Le 32e Critérium jurassien, 2e manche du championnat de Suisse des rallyes 2009, se disputera les 24 et 25 avril sur l'asphalte jurassien. Si le nombre d'équipages inscrits est en baisse par rapport aux dernières éditions, la qualité sera au rendez-vous.

18 avr. 2009, 09:50

Le Critérium jurassien est aux amateurs de courses automobiles ce que le Paléo est aux férus de musique: une manifestation attirant régulièrement les mêmes têtes d'affiche, mais un rendez-vous que les passionnés ne manqueraient pour rien au monde.

Pour sa 32e édition (24 et 25 avril), le «Crité» a subi un léger lifting. Basé durant huit ans à Saignelégier, le centre névralgique de la course a été déplacé à Delémont. «Parce que la halle-cantine franc-montagnarde était occupée à cette date-là, expliquent les organisateurs. Et aussi pour permettre une alternance, de sorte qu'aucun district du canton du Jura ne soit prétérité.» Le centre opérationnel et le parc d'assistance seront, ainsi, situés à la halle des expositions de la capitale jurassienne.

Au niveau du tracé, peu de changements ont été apportés. Les concurrents défieront le chronomètre à tombeau ouvert lors de 12 épreuves spéciales (ES) au programme, soit trois le vendredi et neuf le lendemain. Avec ses 190 kilomètres d'ES, le rallye jurassien reste le plus long du pays après celui du Valais. La compétition commencera vendredi (dès 18h53) avec la spéciale La Combe - Saulcy - les Enfers, que les bolides effectueront à trois reprises et dans son intégralité sur l'ensemble du week-end. L'an dernier, l'éboulement qui s'était produit à la hauteur du tunnel de la Roche avait contraint les organisateurs à revoir leur parcours. Ce ne sera pas le cas cette année.

Grande nouveauté, les 27 km de la 2e spéciale ont été inversés. Cette innovation verra dès lors les pilotes partir des Enfers et arriver à Courtemautruy. La super-spéciale se disputera quant à elle dans l'enceinte de l'entreprise des Matériaux Sabag à Delémont, plutôt qu'à Saignelégier.

Malgré ce programme à même de satisfaire les pilotes les plus blasés, la participation affiche une baisse. Depuis cinq ans, le nombre d'équipages présents sur la ligne de départ tournait autour de 80, bien loin du record de 115 de la 25e édition. En fin de semaine prochaine, ils seront 71 à se presser au portillon, dont six véhicules présents dans la toute nouvelle «Coupe de Suisse des rallyes historiques». Cette dernière n'admet que les voitures de Tourisme et les GT de la période allant de 1947 à 1981.

Le public aura également l'occasion d'assister en primeur aux premiers coups d'accélérateur du Clio R3 Pirelli Trophy 2009 avec, comme porte-drapeau de cette nouvelle série, le quintuple champion suisse neuchâtelois Grégoire Hotz, copiloté par Pietro Ravasi. D'autres pilotes régionaux, comme Samuel Ritter, 4e du général l'an dernier, ainsi que David Corbi, 7e de l'épreuve en 2006, feront siffler les pneus dans cette catégorie.

Comme le relève encore Gérald Frésard, président du comité d'organisation, «un partenariat a été signé entre l'association des organisateurs de rallyes en Suisse et Citroën, qui remplace ainsi notre alliance avec Subaru. Ceci dans le but d'assurer un peu plus sereinement l'avenir.»

Serein, le comité ne l'est cependant pas entièrement au vu de la participation en baisse. «On a tablé notre budget sur 80 concurrents. Avec les 71 inscriptions, on devrait toutefois le boucler, mais on n'est pas vraiment rassuré à quelques jours du rendez-vous. Ça reste une grande déception. Cette diminution est la conséquence de la crise économique et des exigences concernant le nouveau système de protection de la nuque, appelé Hans.»

Ce manque sera à coup sûr compensé par la qualité présente. «La lutte s'annonce intensive au niveau du classement scratch», prévoient les organisateurs. Voilà qui promet de chaudes batailles sur l'asphalte jurassien. /JBI