Roger Federer: «Dur à encaisser»

Rafael Nadal a éliminé Roger Federer en demi-finale de l'Open d'Australie 6-7 (5/7) 6-2 7-6 (7/5) 6-4.
26 janv. 2012, 15:34
federer_key

Perceptible à sa sortie du court, sa déception était encore bien présente à l'heure de l'interview. «Quitter la Rod Laver Arena battu est dur à encaisser, lâche Roger Federer. J'ai le sentiment d'avoir bien joué. J'aurais pu faire quelque chose dimanche en finale...» 

Seulement, ce diable de Nadal lui encore barré la route. «Il joue vraiment très bien contre moi. Pour différentes raisons: je joue un tennis différent des autres avec mon revers à une main, poursuit le Bâlois. Il a, semble-t-il, retenu bien des leçons de nos matches précédents. Il a un plan de jeu bien précis. Enfin, le fait d'avoir un bilan positif contre moi décuple sa confiance».

Roger Federer affirme qu'il lui reste encore «beaucoup de tennis en lui». «Maintenant, il convient de rebondir après cette défaite, lance-t-il. J'ai su le faire après avoir perdu la demi-finale de l'US Open contre Djokovic. Je suis resté invaincu pendant cinq mois après, non ? Je vais songer très vite à mes prochaines échéances, la Coupe Davis à Fribourg, puis Rotterdam et Dubaï». 

Mais avant, il devra définitivement tourner la page sur cet Open d'Australie 2012. Il estime avoir joué un tennis d'un «excellent niveau». «Je n'ai pas l'impression d'avoir été lâché par mon coup droit ce soir, poursuit-il. Face à Rafa, il faut prendre des risques sinon vous n'avez aucune chance. Il est normal alors que j'en rate quelques-uns». 

Physiquement, Roger Federer assure qu'il aurait été en mesure d'aller à la limite des cinq sets. «Etre mené deux manches à une par Rafa n'est pas la fin du monde. Il lui restait un set à gagner et il était encore loin de la ligne d'arrivée, dit-il. J'ai eu une occasion de revenir à la fin du quatrième set. Qui sait comment il se serait senti au cinquième ?» Une question malheureusement sans réponse. 

Ce lob incroyable de Nadal sur la balle de 5-5 au quatrième set fut l'un des tournants de cette demi-finale. «C'est vrai, le match ne s'est pas joué sur un point donné, glisse Federer. Des  tournants, il y en a eu beaucoup !». Plutôt des occasions manquées.