Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nouvelle chance pour Federer

Roger Federer (No 1) n'a, pour la troisième année d'affilée, plus qu'un match à remporter pour devenir le sixième homme de l'histoire à s'adjuger les quatre titres du Grand Chelem. La quête du Graal passe comme prévu par un succès sur le triple tenant du titre de Roland-Garros Rafael Nadal (No 2). Homme de challenges, Roger Federer avait déjà affirmé après son quart de finale qu'il aimerait défier une nouvelle fois son grand rival: «Je préférerais affronter Rafa en finale. Nous avons une bonne rivalité depuis pas mal de temps maintenant. Nous avons joué 16 matches, plus des exhibitions. On se connaît depuis très longtemps, et c'est toujours sympa de l'affronter. Ce sera le test ultime sur terre battue», avait-il lâché.

08 juin 2008, 12:00

Rafael Nadal n'a jamais paru autant indestructible sur la terre ocre que depuis le début de la quinzaine. Vainqueur de 114 des 116 matches qu'il a joués sur terre battue depuis le début de l'Open de Monte-Carlo 2005 et des 27 rencontres qu'il a jouées à la Porte d'Auteuil - aucune en cinq manches! -, le gaucher de 22 ans n'a pas égaré le moindre set dans ces Internationaux de France. Il n'a concédé que 37 jeux, soit une moyenne hallucinante de 6,16 jeux perdus par match!

Dans le même temps, Roger Federer connaissait quelques difficultés inattendues dans son parcours parisien. Le Bâlois concédait le premier set tant au modeste Alberto Montañes (ATP 60), dans des conditions il est vrai difficiles puisque la pluie se faisait plus pressante en fin de première manche, qu'au cogneur Fernando Gonzalez (no 24), face à qui il n'a trouvé la bonne tactique qu'après un premier set catastrophique. Son manque de constance lui coûtait à nouveau une manche hier face à Gaël Monfils (ATP 59).

L'homme aux 12 titres majeurs, qui avait abordé l'édition 2007 des Internationaux de France avec à l'esprit une victoire fêtée face à Rafael Nadal en finale à Hambourg, reste en outre sur deux défaites mortifiantes concédées face au Majorquin sur terre battue. Il s'inclinait 7-5 7-5 en finale à Monte-Carlo après avoir mené 4-0 dans le deuxième set, puis 7-5 6-7 6-3 en finale à Hambourg où il commettait une faute grossière à la volée à 5-1 40-30 dans la première manche.

En bref, aucun élément objectif ne plaide en faveur de Roger Federer, dont le coup droit n'a par ailleurs pas toujours offert toutes les garanties dans ce tournoi. Mais il faut peut-être y voir un signe positif. Le Bâlois, qui n'a selon Pete Sampras «plus que deux ou trois ans pour réaliser son rêve» à Roland-Garros, est capable de pratiquer le jeu offensif et varié susceptible de menacer la domination de Rafael Nadal.

Roger Federer devra livrer le match parfait pour y parvenir. Il devra privilégier les attaques au centre et également tenter de relancer le service du gaucher espagnol droit devant lui afin de ne pas lui donner trop d'angle. Le Bâlois devra également user à bon escient de l'amorti, un coup qu'il a maîtrisé face à Gaël Monfils. Mais sera-t-il capable de tenir physiquement le choc face au «monstrueux» Majorquin, comme cela fut le cas en finale à Rome en 2006 (défaite 6-7 7-6 6-4 2-6 7-6 en 5h06')? / si

Paris - Internationaux de France à Roland-Garros. Grand Chelem (25,54 millions de francs suisses, terre battue). Simple messieurs, demi-finales: Roger Federer (S, 1) bat Gaël Monfils (Fr) 6-2 5-7 6-3 7-5. Rafael Nadal (Esp, 2) bat Novak Djokovic (Ser, 3) 6-4 6-2 7-6 (7-3). La finale aura lieu dimanche à 15h. Double dames, finale: Anabel Medina Garrigues-Virginia Ruano Pascual (Esp, 10) - Casey Dellacqua-Francesca Schiavone (Aus-It) 2-6 7-5 6-4. Double mixte, finale: Victoria Azarenka-Bob Bryan (Bié-EU, 3) battent Katarina Srebotnik-Nenad Zimonjic (Sln-Ser, 1) 6-2 7-6 (7-4).
Votre publicité ici avec IMPACT_medias