Coupe Davis: arrivée tardive de Federer

A 3 jours du quart de finale de Coupe Davis entre la Suisse et le Kazakhstan, Roger Federer a finalement annoncé qu'il ne rejoindra l'équipe que mercredi. L'anniversaire de son épouse le 1er avril en est sans doute la cause. Stanislas Wawrinka est, lui, déjà à Genève.
01 avr. 2014, 14:50
Stanislas Wawrinka s'entraîne mardi à Palexpo, Genève.

Jouer un quart de finale de Coupe Davis avec un no 2 qui ne débarque que le mercredi: impensable dans n'importe quel pays à part la Suisse ! Même devancé par Stanislas Wawrinka dans la hiérarchie mondiale, Roger Federer demeure un joueur unique.

"Je suis le no 1 pendant que Roger est le no 2. Je me demande comment cela peut être possible", s'amuse Stanislas Wawrinka. Le Champion d'Australie est sans doute le dernier à s'offusquer de l'arrivée tardive à Genève de son coéquipier pour ce match contre le Kazakhstan. Il a pu mesurer depuis deux mois combien l'emploi du temps d'un vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem peut être chargé. Et Roger Federer en a gagné dix-sept...

Bon anniversaire Mirka

On rappellera que Roger Federer a été battu lors de la "night session" de jeudi dernier à Miami par Kei Nishikori. A Genève, il ne tapera donc ses premières balles que mercredi matin. "Ce n'est pas la première fois que Roger arrive tardivement sur une rencontre, souligne son capitaine Severin Lüthi. C'est une décision qui a été prise en commun. Pour Roger, le fait de ne venir que mercredi ne changera pas grand chose." Un choix qui s'explique sans doute par l'importance à laquelle attache Roger Federer à la date du 1er avril: elle est tout simplement de celle de l'anniversaire de son épouse, Miroslava « Mirka » Vavrinec Federer .

Il reste toutefois à espérer que les Suisses justifient pleinement leur statut de favoris ce week-end pour que le passe-droit accordé à Roger Federer ne devienne pas une source de polémiques. Fort heureusement, l'excès de confiance ne guette pas l'équipe de Suisse malgré la présence dans ses rangs de deux des... quatre meilleurs joueurs du monde.

"Un beau tennis pour les battre"

"Le Kazakhstan alignera ce week-end deux joueurs dangereux, lâche ainsi Stanislas Wawrinka. Andrey Golubev possède une frappe qui peut faire très mal. Pour sa part, Mikhaïl Kukushkin est un joueur très solide. Il faudra vraiment jouer un beau tennis pour les battre." Severin Lüthi abonde dans le même sens. "Nous sommes les grands favoris sur le papier. C'est indéniable, lance le Bernois. Mais je suis sûr d'une chose: ce quart de finale ne sera pas une promenade de santé."

Stanislas Wawrinka est parfaitement conscient que cette rencontre, qui sera suivie par 16'000 spectateurs, ne sera pas une rencontre comme les autres. "Tout d'abord, il s'agira de mon premier quart de finale en Coupe Davis, poursuit le Champion d'Australie. Le fait de se retrouver à ce stade de la compétition, le fait que Roger soit là et enfin ma victoire à Melbourne changent la donne. Nous passons à un autre niveau."

Si Stanislas Wawrinka et Roger Federer ne seront certainement pas écrasés par le poids de l'enjeu, les autres membres de l'équipe de Suisse risquent bien de basculer dans une autre dimension ce week-end. Comment un Michael Lammer et un Henri Laaksonen, qui guerroient à longueur d'année sur le front des Challengers et des Futures, réagiront-ils si les circonstances les obligent à monter au feu ? Severin Lüthi se pose encore cette question. Le capitaine attend mercredi soir pour trancher entre les deux hommes pour la place de no 4 derrière Wawrinka, Federer et Marco Chiudinelli. La logique voudrait que Lammer, qui avait gagné le double du premier tour en Serbie aux côtés de Chiudinelli, soit maintenu. Mais Laaksonen peut avancer à son crédit une victoire sur Golubev en janvier dernier à Sydney et un titre il y a dix jours au Future de Taverne, au Tessin.