Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Steve Zampieri aura carte blanche au Giro

Steve Zampieri (31 ans le 4 juin) prendra aujourd'hui le départ de son septième Tour d'Italie. Le grimpeur neuchâtelois n'avait pas prévu d'y aller, mais il se dit prêt à prendre son pied dans la Botte. Il aura carte blanche pour une victoire d'étape. Il y est allé à reculons, comme un cheval que l'on mène en promenade alors qu'il voulait rester à l'écurie. Mais Steve Zampieri sera aujourd'hui au départ de son septième Tour d'Italie, et pas juste pour faire le nombre chez Cofidis. «Il m'a bien fallu me rendre à l'évidence que j'y allais», glisse celui qui a remplacé sur le fil un coéquipier blessé. «Mais maintenant que je suis là, toute mon attention est tournée vers la course. Je suis encore un peu fatigué du Romandie, il me reste quelques séquelles (contusions) de ma chute en Valais, mais ça va!»

11 mai 2008, 12:00

Le grimpeur neuchâtelois s'apprêtait à enchaîner le Tour de Picardie et le Tour de Belgique lorsque la convocation a atterri sur son bureau. «Je ne me suis pas préparé comme il l'aurait fallu, c'est pour cela que je n'ai pas forcément bien accueilli cette sélection, qui reste un joli cadeau», précise le citoyen d'Esssert (FR). «J'avais fait pas mal de kilomètres avant le Tour de Romandie afin de les assimiler et d'en profiter plus tard lors du Tour de Suisse. Tout ce travail-là est perdu.»

Cofidis n'ayant pas de leader capable de viser le général, Steve Zampieri - comme ses coéquipiers - aura carte blanche pour faire sa course. «J'essayerai de me glisser dans les échappées et de me battre pour une victoire d'étape. Je ne serai pas dangereux au général et les grosses équipes ne vont pas non plus rouler derrière tout le monde. La course sera très dure, avec des étapes de 200 bornes, du dénivelé, du vent, de la chaleur...Il y aura inévitablement des possibilités de sortir, ce sera à moi d'être présent au bon endroit lorsqu'elles se présenteront. Il n'y a pas de recette. Il faut être bien dans sa tête, avoir les jambes et aussi un peu de chance.»

Steve Zampieri ne le cache pas, son objectif reste le Tour de Suisse, qui suivra le Giro. «C'est une course où j'ai toujours bien marché et j'espère y briller encore une (réd: dernière?) fois.» Le Neuchâtelois verra-t-il Milan le dimanche 1er juin? «Disons que je suis là pour aller au bout. Mais si je me retrouve dans un état de fatigue qui ne me permettrait pas de bien récupérer avant le Tour de Suisse, je rentrerai peut-être avant...» Voilà qui est clair.

Initialement, Steve Zampieri devait également disputer la Vuelta en septembre. Et maintenant? «Il y a toujours une chance de me voir sur les routes espagnoles. Surtout si je ne vais pas jusqu'à Milan...» Et les Mondiaux de Varese fin septembre? «Je n'y pense même pas», coupe net le Neuchâtelois. «Si je suis sélectionné, j'irai de bon c?ur, ce serait un beau cadeau. Mais je ne vais pas aller mendier pour faire partie de la sélection...» Voilà qui a aussi le mérite d'être clair. «Cela dépendra également de moi, de mes performances.» Pas faux non plus. /ptu

Votre publicité ici avec IMPACT_medias