Réservé aux abonnés

Sports d’endurance: quand le corps est à bout

Déshydratée, lacérée par la douleur, Gabriela Andersen-Schiess a marqué l’histoire des marathons olympiques. Malgré l’évolution de la médecine sportive, de tels cas se reproduisent régulièrement. Décryptage.
06 sept. 2019, 17:08
Gabriela Andersen Schiess a marqué le premier marathon féminin de l'histoire des Jeux Olympiques. C'était à Los Angeles en 1984.

Si la souffrance devait avoir un visage, ce serait peut-être celui-là. Gabriela Andersen-Schiess qui arrive titubante, chancelante sur l’anneau olympique de Los Angeles en 1984.

L’image des derniers 400 mètres de l’athlète suisse lors de ce premier marathon féminin de l’histoire des JO, sous une chaleur torride, a fait le tour du monde. Le cerveau ne coordonne plus les mouvements. La marathonienne zurichoise devient un pantin désarticulé.

Le corps médical la voit transpirer et estime...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois