Réservé aux abonnés

Sport: les menstruations, ce «gros tabou»

Le cycle menstruel et la contraception des sportives sont trop souvent ignorés. Quatre athlètes prennent la parole pour raconter leurs expériences personnelles face à ce qu’elles estiment être une forme de sexisme.
07 mai 2021, 16:00
De gauche à droite et de haut en bas: Ilona Guede Redondo, Déborah Marti, Marianne Fatton et Loanne Duvoisin.

Les skieuses Marianne Fatton et Déborah Marti, la triathlète Loanne Duvoisin et la footballeuse Ilona Guede Redondo ont un point commun: elles sont toutes les quatre sportives d’élite.

En tant qu’athlètes féminines, elles font face à des spécificités que ne connaissent pas leurs homologues masculins. Et ces caractéristiques ne sont que rarement prises en compte lors de leur pratique.

Dans le monde du sport, l’absence de règles n’est pas considérée comme un problème à ré...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois