Zurbriggen confirme sa bonne forme en slalom

17 janv. 2010, 17:07

Ivica Kostelic adore Wengen. Le Croate a ajouté une ligne à son histoire d'amour avec la piste Männlichen/Jungfrau en remportant le slalom de Coupe du monde devant le Suédois André Myrher et l'Autrichien Reinfried Herbst. Le Valaisan Silvan Zurbriggen a une nouvelle fois convaincu en terminant 6e.

Sur neuf slaloms disputés à Wengen depuis 2001, Kostelic a terminé six fois sur le podium, dont deux sur la plus haute marche (2002 et 2010). La performance du Croate prend une dimension supplémentaire lorsque l'on sait qu'il a dû subir une opération au genou droit - sa septième - le 13 décembre dernier. Un morceau de ménisque avait alors dû être retiré consécutivement à une blessure survenue lors du super-combiné de Val d'Isère (Fr).

«Je n'ai jamais perdu lorsque j'étais en tête après la première manche, a rappelé Kostelic. Je n'ai d'ailleurs pas pensé à autre chose qu'à la victoire. Celle-ci prouve que l'on peut gagner un slalom après avoir disputé quatre manches de descente sur le Lauberhorn, a-t-il ajouté, avec un sourire. Toutefois, mes jambes étaient lourdes et j'avais vraiment l'impression de manquer de vitesse dans les phases de transition».

Le succès du frère de l'ancienne championne Janica Kostelic a été émaillé par une petite polémique. Plusieurs voix se sont élevées au terme du premier tracé, estimant que le Croate, tout comme l'Autrichien Benjamin Raich, aurait manqué la dernière porte. Après le visionnement de la vidéo par les instances de la FIS, Kostelic a obtenu gain de cause. Des réclamations pourraient toutefois encore  être déposées.

«C'est une pure provocation, a réagi le vainqueur du jour, fâché. Un junior de 7 ans pourrait éventuellement manquer cette dernière porte ouverte. Pour un skieur professionnel, c'est impossible».

Zurbriggen confirme

De son côté, Silvan Zurbriggen pète le feu. Le skieur de Brigue a pris, pour la cinquième fois en autant de slaloms cette saison, une place dans le top 12. «J'ai montré que je peux skier très vite dans les deux manches, même si je n'étais pas tout à fait dans le rythme au début de la première, a analysé le Haut-Valaisan.

Les raisons de ses bonnes performances sont multiples. «J'ai beaucoup profité des conseils de Didier Défago, de Didier Cuche et de Marco Büchel, a avoué Zurbriggen. Mes entraîneurs font également un super boulot et mon matériel est au top». Zurbriggen prendra cette semaine la direction de Kitzbühel (Aut), où il s'était imposé dans le combiné la saison dernière. /si