Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La technologie avance grâce au talent des pilotes

Le matériel est important en ski alpin, mais ne serait rien sans de bons pilotes. Car ce sont les champions qui rendent les skis performants. De la création même aux ultimes réglages avant la compétition. Parole de Danny Vaquin, l'ancien serviceman de Didier Cuche. Les cow-boys dégainent et les skieurs rengainent... la même chanson avant chaque course: «Le matériel jouera un rôle important.» Mais que cache cette entêtante ritournelle? Danny Vaquin, l'ancien serviceman de Didier Cuche, retiré depuis mars 2006, a déserté son atelier de Nendaz pour venir déambuler à Chamonix. Et si on lui posait la question?

27 janv. 2008, 12:00

Danny, le ski est-il un sport de technologie ou de pilotage?

Je dirais... les deux! Pour faire du bon développement, il faut de bons pilotes. Car si ces pilotes ne donnent pas les corrections justes au bon moment, la technologie stagne. Sur ce plan-là, Didier Cuche apporte beaucoup à Head. Je le connais depuis longtemps, il est très pointu. Ce n'est pas pour rien que tous les coureurs de sa marque sont devant en descente. C'est vraiment un mec qu'il faut écouter. Si l'on n'a pas ça dans une firme, une fois ça va, une fois ça ne pas, mais on ne sait jamais pourquoi. Ce n'est pas comme cela que l'on va de l'avant.

Mais ce n'est quand même pas le skieur qui construit son propre ski, non?

Non, ce sont les ingénieurs. Chaque année, les usines sortent de nouveaux prototypes, avec des répartitions différentes, en respectant une «fourchette» établie à l'avance en fonction de ce l'on peut faire, ou pas. On ne peut pas s'écarter trop d'un modèle «standard». Ensuite, les skieurs essayent les skis et les «homologuent», si on peut dire.

L'athlète doit non seulement sentir ce qui va bien, mais en plus être capable de décrire cette sensation à l'ingénieur!

Exactement. Et ce n'est pas à la portée de tout le monde. Je n'ai pas peur pour les gens de Head. Avec Didier, ils ont touché le gros lot!

On dit que Didier Cuche est le meilleur testeur de ski au monde, c'est vrai?

Pas rien que testeur! Pour moi, c'est l'un des meilleurs pilotes - sinon le meilleur - du circuit. Il est polyvalent, metteur au point, il a tout ce qu'il faut!

On parle de modèles de ski, mais il y a aussi l'affûtage, le lissage, le fartage!

Ce sont des mises au point que l'on fait déjà l'été avec les coureurs. On sait par exemple quels seront les réglages au niveau des carres. Les skis, on les connaît bien grâce aux tests de glisse. On arrive ainsi à les typer pour chaque neige, comme les pneus en Formule 1. Le fartage est le dernier truc à faire. Et pour moi, ce n'est pas le plus important. Le choix du ski reste déterminant.

Didier Cuche en a (enfin) terminé avec les médias. Il s'apprête à quitter l'aire d'arrivée, le visage plutôt fermé, lorsqu'une fan le happe pour une photo souvenir. «Un bisou, un bisou», chantonne Danny Vaquin. Lever de sourcils du Neuchâtelois, puis sourire radieux. Accolade pour de vrai. «Eh! mon Danny, t'es là toi, petit cachottier... T'as perdu un peu de muscle, non?» Retrouvailles joyeuses, sans chichi. «Danny, tu me portes un truc jusqu'à la voiture?» Le Valaisan empoigne les souliers de ski du Neuchâtelois, qui se poile: «C'était pour voir s'il n'avait pas perdu la main!» / PTU

Votre publicité ici avec IMPACT_medias