Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Schweinsteiger revanchard

21 juin 2008, 12:00

Beaucoup de frustration, un peu de vexation et un soupçon de revanche et de culpabilisation, le tout agité pendant 90 minutes face au Portugal (3-2) jeudi: Bastian Schweinsteiger a été le grand artisan de l'accession de l'Allemagne en demi-finales de l'Euro.

Pendant les deux premiers matches, Schweinsteiger avait rongé son frein sur le banc des remplaçants, se contenant d'apparitions sans génie en fin de partie.

Il avait suivi le duel contre l'Autriche (1-O) lundi depuis les tribunes, parce qu'il purgeait une suspension d'un match pour avoir bousculé le Croate Leko dans le temps additionnel de la cinglante défaite allemande (1-2).

Quand Joachim Löw lui a annoncé qu'il serait titularisé face à Cristiano Ronaldo pour sa 54e sélection, à seulement 23 ans, «Schweini» a su qu'il tenait «sa» chance de faire taire les critiques qui l'accablent depuis deux ans.

«Le début du tournoi n'a pas été évident pour moi, mais j'ai toujours senti que j'avais la confiance des entraîneurs et de mes coéquipiers», a-t-il lâché en recevant le trophée d'homme du match après son récital.

Avec un but tout en puissance, symbole de sa rage de vaincre, et deux coups francs millimétrés pour les têtes de Klose et Ballack, le milieu offensif du Bayern Munich a envoyé un message clair: il est bien l'un des joueurs les plus talentueux d'Allemagne, successeur à terme de Michael Ballack dans l'animation du jeu. / si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias