Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Rebelote pour Alonso

Le Grand Prix du Japon, hier, a livré son lot d'informations. Fernando Alonso a signé sa deuxième victoire d'affilée, Felipe Massa a grignoté un peu de retard sur Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen a perdu son titre de champion du monde.

13 oct. 2008, 12:04

Fernando Alonso (Renault) a remporté sa deuxième victoire consécutive après celle de Singapour il y a deux semaines. En tête du championnat Felipe Massa (Ferrari) a grappillé deux points sur le leader Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) au Grand Prix du Japon de Formule 1. Enfin, le bilan est complété par la belle deuxième place du Polonais Robert Kubica (BMW-Sauber).

Hamilton a vécu une sale course. Il a raté son départ et tassé Kimi Räikkönen (Ferrari) au premier virage. Dans le deuxième tour il s'accrochait avec son rival Felipe Massa, qui l'envoyait en tête à queue. Hamilton repartait dernier et écopait en outre d'une pénalité de passage par la voie des stands (drive through) pour avoir forcé Räikkönen à quitter la piste au premier virage.

Il a terminé 12e, mais Massa a lui aussi connu une après-midi agitée. Le Brésilien a également écopé d'un drive through pour avoir fait valser Hamilton. Il a chuté au classement et lui aussi effectué un tête à queue plus tard dans la course en s'accrochant avec Sébastien Bourdais (Toro Rosso).

Il a quand même sauvé un point, et même deux puisque le Français a reçu une pénalité a posteriori. Au final, grâce à ce coup de pouce de la FIA qui a pénalisé Bourdais, Massa s'est rapproché à cinq points d'Hamilton au championnat. Le Britannique peut quand même être sacré la semaine prochaine en Chine (lire ci-dessous).

«Bien sûr je ne suis pas content après un tel résultat», regrettait Lewis Hamilton. «Le point positif c'est que je n'ai perdu que deux points sur Felipe, donc rien n'est fini. Il reste deux Grands Prix et mon objectif est de les remporter tous les deux.»

«C'était une course étrange, il s'est passé tant de choses», estimait de son côté Felipe Massa. «Au final la septième place n'est pas un désastre puisque mon rival n'a pas marqué de points. Notre duel avec Hamilton a été correct je pense mais ma pénalité m'a vraiment handicapé.»

Fernando Alonso, quant à lui, n'a pas eu besoin de coup de pouce du destin pour s'imposer. A Singapour, le facteur chance avait été important. Mais sur le circuit de Fuji, les Renault se sont montrées redoutables, comme aux plus belles heures de leur domination en 2005 et 2006. L'Espagnol, parti quatrième, a profité de la cohue du premier virage pour grimper en deuxième position, juste derrière Robert Kubica (BMW-Sauber). Il a ensuite pris le meilleur grâce à un premier ravitaillement plus rapide.

En revanche, Kimi Räikkönen, troisième hier, a définitivement perdu sa couronne de champion du monde. Il compte dorénavant 21 points de retard sur Hamilton, avec seulement, au mieux, encore 20 points à prendre. /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias