Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les nageurs sont les seuls à arrêter eux-mêmes le chrono

Des détails désignent les vainqueurs, surtout sous l'eau.

28 juil. 2012, 00:01
data_art_6255120.jpg

Sur les pentes du mont Olympe, les Grecs de l'Antiquité ont inventé à la fois le dieu du temps - Chronos - et les Jeux olympiques. Mais ils se moquaient de mesurer la vitesse de leurs athlètes, pour ne s'intéresser qu'à la victoire, preuve de faveur divine et source de ferveur religieuse. Saut dans l'espace. Aujourd'hui, on est sans doute plus hypnotisé par le défilé implacable des millièmes de seconde sur l'écran que par l'effort personnel et la performance sportive du champion. Paradoxe et triomphe de la technique: c'est le chrono qui tient le public en haleine.

L'erreur des nageurs

Piscine olympique. Elle a été imaginée par l'architecte anglo-iraquienne Zaha Hadid. Dans le bassin glisse simultanément une centaine de nageurs à l'entraînement matinal. Sans se toucher, sans se frôler, flux continu brassé ou crawlé.

Peter Hürzeler, 74 ans, membre de l'Omega Timing Board, nous y attend. On plonge dans le...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias