Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Lamon trahie par le tirage au sort

14 août 2008, 12:00

Le tirage au sort a trahi Sophie Lamon (23 ans). Après un tour de chauffe - huit minutes pour aiguiser son épée - et un succès poli face à l'Espagnole Maria Martinez Gascon (15-7), la Valaisanne héritait en effet d'un «tout gros morceau». Son nom? Li Na, vice-championne du monde en 2007 et No 3 de la hiérarchie mondiale. Une Chinoise qui tirait en Chine, dans un pavillon rempli en majorité de... Chinois, et que Sophie Lamon, 26e au dernier classement de la Fédération internationale d'escrime, n'avait jamais vaincue ni même inquiétée. Stop, n'en jetez plus! Vous avez dit mission impossible?

«Pour gagner, il aurait fallu signer un exploit», convenait-elle. «Mais avec mon entraîneur (réd: le Français Daniel Levavasseur), nous avions élaboré une tactique pour la gêner. Jusqu'au début du troisième tiers temps, à 9-9, elle a bien fonctionné. Et puis...»

Et puis, la Sédunoise se laissait surprendre à deux reprises. «Des touches bêtes», soupirait-elle. Obligée de prendre des risques, elle montait à l'abordage mais s'offrait aux répliques funestes de la lame adverse. Six assauts plus tard (15-10), les deuxièmes Jeux olympiques de Sophie Lamon, huit ans après Sydney où sa fraîcheur juvénile se révélait au monde en obtenant l'argent par équipe, étaient terminés.

«Je n'étais pas si loin. Jamais je n'avais aussi bien tiré contre elle, alors, évidemment, je suis déçue», soufflait celle qui quittera Pékin, qu'elle connaît si bien, le 21 août. «Je pensais rester jusqu'à la cérémonie de clôture, mais je dois préparer un stage qui aura lieu au mois d'octobre.» Septembre est réservé pour les vacances. «En Valais ou ailleurs, je ne sais pas encore. Mais en tout cas, je vais passer une semaine dans le sud de la France.» Les doigts de pied en éventail...

Depuis 2004, année où elle quittait papa Ernest pour rejoindre Daniel Levavasseur au centre Lagardère Paris Racing, la France est sa deuxième patrie. C'est là où elle vit et où elle a rencontré son petit ami, l'épéiste vénézuélien Silvio Fernandez (29 ans), avec qui elle partage tout: l'appartement et le maître d'armes. «Je me sens bien comme cela. Je vais encore réfléchir à ce que j'ai envie de faire mais, a priori, il n'y a pas de raison de changer», lâche la Sédunoise.

Levavasseur, qui a reçu un passe-droit pour intégrer la délégation de Swiss Olympic, acquièce: «J'espère que nous allons continuer notre collaboration. Sophie n'a que 23 ans. Elle n'est plus la petite fille insouciante qu'elle était quand elle avait 15 ans. Et, malgré ses blessures, son potentiel est intact.»

Votre publicité ici avec IMPACT_medias