Réservé aux abonnés

L'arrivée du breaking aux Jeux olympiques réjouit le Neuchâtelois Artur Libanio

Le breaking effectuera son entrée lors des joutes olympiques à Paris en 2024. Cette décision du CIO réjouit en globalité ses artistes, le Neuchâtelois Artur Libanio en tête. Mais il prévient: la danse veut rester fidèle à ses racines et sa culture.
05 janv. 2021, 05:30
Artur Libanio (à gauche) n'a pas besoin de médailles olympiques. Les sourires sur le visage de ses élèves Maxime (à droite) et Mateo, tous deux âgés de 14 ans, lui suffisent amplement.

C’était devenu un secret de polichinelle. Début décembre, le Comité international olympique (CIO) a mis fin au «suspense» en officialisant l’intégration du breaking, couramment connu sous le nom de breakdance, aux sports olympiques. Contrairement aux trois autres nouvelles disciplines – le surf, l’escalade et le skateboard – qui seront déjà présentes à Tokyo en 2021, la danse devra patienter jusqu’à l’édition olympique suivante à Paris, en 202...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois