Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La Finlande décroche avec brio son deuxième titre mondial

16 mai 2011, 09:54

La Finlande a remporté à Bratislava son deuxième titre mondial. L'équipe de Jukka Jalonen s'est imposée 6-1 en finale face à la Suède.

Cette sélection va à coup sûr entrer dans l'histoire du hockey finlandais et bien évidemment dans le cœur de ses supporters. Ce n'est en effet que la deuxième fois dans l'histoire que les «Lions» viennent trôner sur le toit du monde. La première fois, c'était en Suède, contre... la Suède (1-4), il y a 16 ans.

La Finlande a traversé le tournoi sans faire de bruit, avant de montrer sa force tactique lors des deux derniers tours. Après un succès sans histoire 4-1 devant la Norvège en quart de finale, elle a signé deux beaux exploits contre la Russie (3-0) et bien sûr face à la Suède. Hormis un match fou contre l'Allemagne (gagné 5-4), la troupe de Jukka Jalonen n'a jamais encaissé plus de deux buts par rencontre.

Dominer n'est pas marquer et les «Lions» de Finlande ont cru au scénario catastrophe avec l'ouverture du score de Magnus Pääjärvi. La petite merveille d'Edmonton s'est décalée sur le flanc gauche, avant de décocher un lancer parfait qui a terminé sa course dans la lucarne du but de Petri Vehanen (28e). Mais les Finlandais en avaient assez de manquer le coche et ils ont certainement vu un signe dans la déviation de Patrik Berglund «sauvée» par le poteau (36e). Avec l'énergie du désespoir, ils ont retourné la partie à leur avantage en 208 secondes.

A sept secondes de la fin du deuxième tiers-temps, Jarkko Immonen a remis sa formation à hauteur. L'attaquant de Bars Kazan a ainsi fait coup double sur l'action: non seulement il a lancé son équipe, mais il s'est également offert le titre de meilleur buteur du tournoi.

Nokelainen décisif

Revigorée par ce but inscrit juste avant d'aller s'enfermer dans son vestiaire, l'équipe de Finlande a fait exploser la défense adverse à deux reprises juste après le thé. Petteri Nokelainen a d'abord inscrit le but décisif et prouvé qu'une quatrième ligne pouvait toujours servir dans les moments importants (43e). Niko Kapanen a ensuite eu un peu de chance et a vu son envoi être dévié derrière l'infortuné gardien suédois (44e). Les Suédois ne s'en sont jamais relevés et ont même complètement craqué sur la fin. Janne Pesonen (57e), Mika Pyörälä (58e), et Pihlström dans l'ultime minute ont prolongé la fête. Celle-ci risque d'être longue et belle dans les rues de Bratislava, tout comme dans un pays tellement habitué à crever au poteau (six fois en argent au Mondial, deux fois deuxième aux JO).

La déception est en revanche immense pour la Suède, mais elle ne doit pas masquer le travail remarquable effectué depuis des années.

Pär Marts a réussi un excellent boulot avec une phalange très jeune (25 ans de moyenne). A la tête d'une génération qu'il a longtemps côtoyée lorsqu'il dirigeait les juniors M20 de la «Tre Kronor», le successeur de Bengt-Ake Gustafsson a perpétué l'habitude des Suédois de finir parmi les meilleurs. / si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Votre publicité ici avec IMPACT_medias