Hockey sur glace: la Suisse inquiète avant de rassurer contre la Norvège

Victorieuse de la Norvège 3-0 à Biasca (TI) en match de préparation au Mondial 2018, l'équipe de Suisse a ravivé un certain espoir au lendemain d'une embarrassante défaite concédée contre ce même adversaire à Langenthal.

21 avr. 2018, 20:30
Encore une fois plombés par un manque d'efficacité frustrant, les Suisses (ici Andres Ambühl, en rouge) ont commencé par inquiéter.

L'équipe de Suisse a soufflé le chaud et le froid samedi face à la Norvège, qu'elle a battue 3-0 à Biasca (TI) en match de préparation au Mondial 2018. Un succès, au lendemain d'une embarrassante défaite contre le même adversaire à Langenthal (2-1), qui ravive un certain espoir.

Encore une fois plombée par un manque d'efficacité frustrant, la Suisse a commencé par inquiéter. Ce qu'elle a montré durant la première moitié de la partie n'a donné aucune raison de croire en une nécessaire progression depuis la déception olympique (élimination en 8es de finale).

Puis quelqu'un a enfin réussi à rallumer la lumière, à la 33e minute. Un but inscrit par Gaëtan Haas, assisté par ses compères de Berne Simon Bodenmann et Ramon Untersander, qui a libéré une équipe nationale tout sauf emballante jusqu'ici.

Alors le Genevois Damien Riat a doublé la mise à la 46e, là encore en supériorité numérique, avant que le Fribourgeois Killian Mottet ne scelle le score à la 55e. Ces deux buts en power-play, malgré une stérilité crasse sur plusieurs autres situations similaires, constituent à n'en pas douter la bonne nouvelle de cette troisième semaine de préparation.

La quatrième - et dernière - emmènera l'équipe nationale en Lettonie, avec deux rencontres face aux Baltes (jeudi et vendredi à Riga). La sélection s'entraînera lundi et mardi à Oerlikon et décollera mercredi.

>> À lire aussi : Hockey sur glace: en amical, la Suisse s'incline 2 à 1 contre la Norvège

Patrick Fischer a donc exactement deux semaines d'ici au 5 mai et l'entrée en lice au Mondial face à l'Autriche pour redonner de la substance au jeu helvétique, en attaque surtout. Une chose paraît toutefois évidente: le sélectionneur a un impérieux besoin de renforts, ceux des actuels finalistes de National League et de l'un ou l'autre des joueurs évoluant en Amérique du Nord, à l'image de Calvin Thürkauf et Jonas Siegenthaler, qui ont tous deux joué à Biasca.