Un point qui «décoince» Lausanne

23 oct. 2010, 08:56

Le Lausanne-Sport a réalisé un nouvel exploit de taille jeudi, en allant arracher un point au Sparta Prague, au bout du temps additionnel (3-3). Les Vaudois peuvent ainsi toujours rêver de la deuxième place du groupe F de l'Europa League. «Se dire qu'on peut encore songer à la qualification, c'est complètement fou», sourit Sébastien Meoli. «Au premier tour, contre Banja Luka (réd: aller 1-2; retour 1-1), c'était déjà incroyable de passer. Tant mieux! Que cela continue», s'enthousiasme le défenseur lausannois.

Menés 3-1 à la suite d'une première mi-temps ratée, les joueurs de la capitale olympique ont pourtant trouvé des ressources insoupçonnées pour revenir. Martin Rueda a-t-il fait trembler les murs du vestiaire? «Non, pas du tout», indique le premier buteur de cette folle soirée. Le coach a juste corrigé deux ou trois choses. Il ne s'est rien passé de spécial. On n'était pas bien en place, surtout sur les côtés, et ils ont eu beaucoup de possibilités de centrer. Leurs buts sont venus comme ça.»

Ainsi, les Tchèques ont baissé pavillon en seconde période. Dominer de deux unités une formation de Challenge League semblait suffire à leur bonheur. «Si nous avons été meilleurs ensuite, c'est également parce que l'adversaire a diminué le rythme. De notre côté, nous avons continué à jouer notre football. Nous sommes toujours aussi forts sur les balles arrêtées», s'est félicité Meoli.

Après le but de l'espoir inscrit à un quart d'heure de la fin par Martin Steuble, le LS a commencé à vraiment croire en ses chances. Le va-tout tenté par le coach de la Pontaise a également payé. «Cela faisait un moment qu'on sentait que Prague était en difficulté. Ça nous a donné des ailes pour essayer d'arracher ce match nul. Sur le but, c'était vraiment à l'arraché. Je ne sais pas comment Silvio a tout déblayé pour la mettre au fond», se gondole l'ancien Sédunois.

Victime expiatoire présumée dans cette poule F, Lausanne a contre toute attente encore son mot à dire dans l'optique d'une qualification. «Cela nous tenait vraiment à cœur de marquer ce point», lâche le stoppeur. «Parce qu'à Palerme (réd: défaite 1-0) on méritait déjà plus que ce qu'on a ramené. Ce nul est superimportant, rien que psychologiquement! Nous n'étions pas à l'abri de finir le groupe avec zéro point et cela va nous «décoincer».»

Battu à Lausanne par le CSKA Moscou lors de son entrée en lice (0-3) avant de s'incliner en Sicile, le LS jouera son avenir européen dans deux semaines, sur sa pelouse, contre le Sparta. Une victoire et les rêves les plus fous seront permis. «Par rapport à nos trois premiers matches, on sait désormais qu'on a les moyens de jouer la qualification», promet Meoli. Pour une formation comme le Lausanne-Sport, c'est déjà un petit miracle. /si