Mondial 2022: le Qatar confiant dans la solidité et la régularité de son dossier

Trop chaud, sans culture footballistique, corrompu... les polémiques autour de l'organisation du Mondial de foot 2022 au Qatar se sont accumulées depuis plusieurs mois. L'autorité éthique de la FIFA lave l'organisation de tout soupçon.
07 août 2015, 14:26
Depuis ce 2 décembre 2010, où Sepp Blatter a annoncé que le Qatar organiserait la Coupe du Monde, les critiques fusent.

L'autorité éthique de la FIFA a affirmé qu'il n'y avait pas de raison de remettre en cause l'attribution du Mondial 2022 au Qatar. L'émirat n'a jamais douté de la solidité de son dossier.

"Nous étions confiants sur le fait qu'une enquête neutre allait montrer que notre dossier était solide et qu'il n'était entaché d'aucune irrégularité", a déclaré Hassan Thawadi, président du comité d'organisation du Mondial 2022 au Qatar.

La principale autorité éthique de la FIFA avait conclu peu auparavant que l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar n'avait pas lieu d'être remise en cause, malgré des éléments douteux, "de portée très limitée".

Il n'y a pas lieu "de se repencher sur le processus d'attribution" et "encore moins de le rouvrir", a plaidé le président de la chambre de jugement de la commission d'éthique de la FIFA, Hans-Joachim Eckert.

Une enquête avait été ouverte à la suite d'accusations de corruption et un rapport avait été remis début septembre par Michael J. Garcia, avocat et ancien procureur fédéral américain. "Nous avions confiance en nous-mêmes et dans le travail que nous avons accompli", a encore déclaré Hassan Thawadi.