Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Mladen Krstajic a réussi le difficile pari de ménager la chèvre et le chou

Intronisé après la qualification, le sélectionneur serbe n’avait pas été bien accueilli dans son pays. La victoire contre le Costa Rica a toutefois changé la donne.

22 juin 2018, 00:01
epa06821707 Serbian coach Mladen Krstajic (C) attends a training session of Serbian national soccer team at the training site Baltiya in Svetlogorsk, Russia, 19 June 2018. Serbia will face Switzerland in the FIFA World Cup 2018 Group E preliminary round soccer match on 22 June 2018.  EPA/MARTIN DIVISEK   EDITORIAL USE ONLY RUSSIA SOCCER FIFA WORLD CUP 2018

Mladen Krstajic, le sélectionneur de cette Serbie que croisera l’équipe de Suisse ce soir, ne s’était jamais retrouvé à la tête d’un groupe professionnel. Mais l’ancien défenseur a su apaiser les craintes en ménageant subtilement la chèvre et le chou.

C’est un secret de polichinelle en Serbie: si Slavoljub Muslin a été viré séance tenante et remplacé par son adjoint inexpérimenté une fois la qualification pour la Russie acquise, c’est que le technicien refusait d’intégrer certains jeunes prometteurs. Surtout Sergej Milinkovic-Savic, le Bâlois Milos Veljkovic et Nemanja Radonjic. Trois espoirs tous bi-nationaux qui auraient pu opter respectivement pour l’Espagne, la Suisse et la Bosnie.

Dans un pays habitué aux ingérences politiques dans la conduite des affaires sportives, Mladen Krstajic a vite compris qu’il allait devoir satisfaire certaines volontés. «Je vais continuer dans la même direction mais je vais aussi ajouter quelques idées qui sont les miennes pour concocter un mélange...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias