Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Marseille, c'est mon club»

Révélation de la Coupe du monde, courtisé par des grands d?Europe, Franck Ribéry a attendu d?être à Berne pour annoncer sa fidélité aux couleurs phocéennes Berne n'a pas fini de produire des miracles. Marseille en sait désormais quelque chose suite à son passage au Stade de Suisse. Un bon résultat (3-3) au terme d'un match compliqué (expulsions de Taiwo et Zubar). Face à Young Boys, les Phocéens ont accueilli une autre bonne nouvelle, qui en a soulagé plus d'un sur la Cannebière: Franck Ribéry reste à Marseille! Il l'a annoncé lui-même au terme de la partie.

13 août 2006, 12:00
L'aura de Louis-Dreyfus

Le feuilleton de l'été du championnat de France a donc pris fin comme il avait débuté. Subitement. Après avoir annoncé il y a une semaine au journal de 20 heures sur TF1 son désir de quitter l'OM, Ribéry est donc revenu sur sa décision. Les raisons de ce revirement? L'amour de son club. «Comme je le dis depuis que je suis arrivé, je suis Marseillais, a-t-il assuré. Même si j'ai déclaré à un moment donné que je voulais partir, Marseille, c'est mon club, c'est mon maillot et je suis très content d'être revenu ce soir et d'être rentré en cours de match.»

Avant de fouler la pelouse synthétique du Stade de Suisse, Ribéry s'était bien gardé de toute déclaration quant à son avenir. Le suspense a donc tenu en haleine les supporters. Avant le coup d'envoi, trois scénarios étaient imaginables. La nouvelle idole tricolore allait-elle rester sur le banc et ainsi préserver ses chances de participer, cette année encore, à la Ligue des champions avec l'un des quatre grands clubs qui la courtisaient (Lyon, Arsenal, Real Madrid et Bayern Munich)?; entrer en jeu et se griller tout en sachant que son avenir ne serait pas marseillais?; ou jouer en symbolisant sa volonté d'honorer son contrat cette saison avec l'OM? De ces trois possibilités, «Scarface» a choisi la dernière, certainement la plus noble.

Pris pour cible par les différents groupes de supporters depuis le début de l'affaire, le No 7 olympien a ainsi fait taire les critiques. Même s'il n'a pas trop brillé pendant la vingtaine de minutes qu'il a jouées contre Young Boys - difficile de s'illustrer lorsque son équipe est réduite à neuf! - Ribéry a choisi la manière la plus hollywoodienne d'annoncer son regain de fidélité au club.

Cet happy-end sur le terrain cache pourtant une décision plus pragmatique qui s'est faite en amont et en coulisses. La présence de Robert Louis-Dreyfus - accompagné de sa famille et de son cuisinier personnel, c'est dire si la soirée était exceptionnelle! - dans les travées bernoises a contribué à un tel dénouement. L'actionnaire principal du club a profité de ce match aller qualificatif pour la Coupe de l'UEFA et de son influence pour remettre de l'ordre dans la maison. En réunissant le président Pape Diouf et le joueur autour d'une table, tous les contentieux ont pu être effacés et le pari a été gagné. /JBE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias