Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les trois frères Palacios réunis sous un seul chandail

Jamais encore dans l'histoire de la Coupe du monde trois frères n'avaient été retenus par leur sélection nationale pour disputer le même tournoi. C'est désormais chose faite avec les Palacios, joueurs du Honduras qui affrontera la Suisse demain à Bloemfontein (20h30).

24 juin 2010, 08:54

Trois frères sous le même maillot au Mondial. Du jamais vu! Cette première, Wilson (26 ans /67 sélections), Jhony (23/7) et Jerry (28/12) Palacios, du Honduras, la doivent à un coup du sort. Peu avant le premier match des Catrachos contre le Chili, Julio Cesar de Leon se blesse et doit rentrer au pays. Le sélectionneur Reinaldo Rueda décide alors d'appeler Jerry, joueur des Hangzhou Greentown, en Chine. Le milieu offensif raconte la scène sur fifa.com.

«J'étais en Chine, je regardais la Coupe du monde à la télé, quand le téléphone a sonné. C'était Wilson. Quand j'ai répondu, il m'a dit: le professeur Rueda veut te parler...»

L'aîné des frères Palacios a alors sauté dans un avion pour rejoindre la Bicolor et ses frangins. «Jouer pour le Honduras le premier Mondial du pays depuis 28 ans est incroyable, mais le partager avec mes frères est un cadeau de Dieu. Quelque chose que nos enfants et petits-enfants n'oublieront jamais.»

Issus d'une famille de footballeurs - papa Milton est un ancien joueur et entraîneur -, les Palacios ont un autre frère actif dans le milieu, Milton Junior, qui a disputé quelques matches de qualification pour la Coupe du monde 2006, et une sœur, Miriam. Le cercle comptait encore Edwin, décédé il y a peu. Enlevé, celui qui aurait 18 ans a été abattu par ses ravisseurs alors qu'une rançon avait été versée. «Eddy nous guide depuis le ciel», affirme Jerry Palacios. «Tout ce que nous faisons, nous le faisons pour lui.»

Le plus connu des trois internationaux est Wilson, qui évolue à Tottenham après des passages à Birmingham et Wigan. «C'est notre leader», reconnaît Jerry. «Il joue dans un club majeur d'Europe. Cela nous motive. Jhony et moi avons moins d'expérience internationale.»

L'aîné des frères Palacios se souvient des débuts de la bande, dans le jardin de leur maison de La Ceiba. «Nous jouions ensemble quand Milton Junior a fait une faute sur Wilson, qui a un fort caractère et qui a commencé à se battre. Mon père les a séparés et nous a dit: le football est un jeu et vous devez prendre du plaisir. Dès lors, nous n'avons cessé de travailler dur.» /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias