Italie-Serbie arrêté à cause de violences

13 oct. 2010, 07:16

Le match Italie-Serbie comptant pour les qualifications de l'Euro 2012 a été arrêté après six minutes de jeu hier au stade Marassi de Gênes, après des lancers de fumigènes de supporters serbes sur la pelouse et le public. L'un d'entre eux a notamment atterri près du gardien italien Emiliano Viviano.

Des policiers casqués s'étaient massés au pied de la tribune où étaient installés les supporters serbes sur deux étages et d'où sont partis des fumigènes, dont certains lancés dans les pieds du public italien situé dans la tribune latérale, vite éteints par les stadiers.

Le coup d'envoi avait été retardé en raison d'un fumigène parti de la tribune des supporteurs serbes sur le public italien.

Les deux équipes quittaient le terrain pour y revenir quelques minutes plus tard. Le match commençait avec 35 minutes de retard mais était arrêté six minutes plus tard par l'arbitre, en raison des lancers de fumigènes. Après l'interruption, les joueurs italiens ont salué le public, puis le stade s'est vidé.

Les joueurs serbes sont allés en direction de leurs supporters, pour leur demander de s'asseoir, les applaudissant et levant les pouces. «Nous avons demandé à nos tifosi de se calmer», a dit le capitaine serbe Dejan Stankovic au micro de la Rai.

Avant le match, des échauffourées avaient éclaté dans Gênes entre supporters serbes et forces de l'ordre. Un fumigène avait également été lancé en direction du bus des joueurs italiens.

Les supporters de la Serbie, provenant des groupes de suiveurs des deux grands clubs du pays, l'Etoile Rouge de Belgrade et le Partizan Belgrade, sont redoutés pour leur comportement.

Selon des journalistes serbes, le gardien Wladimir Stojkovic avait demandé à ne pas jouer ce match après avoir été menacé par des supporteurs de l'Etoile Rouge, où il a été formé. Il joue désormais au Partizan. /si-afp