Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Cablecom se renforce

Avant l'arrivée de Swisscom dans la télévision, le principal câblo-opérateur du pays étend son offre en matière de téléphonie et d'internet Avant même son arrivée sur le marché, prévue cet automne, l'offre de Swisscom en matière de télévision, baptisée BluewinTV, fait déjà peur. Tant du côté de Cablecom que de la SSR, on ne cache pas son inquiétude devant cette nouvelle offre de programmes vidéo à la demande (cinéma et sport).

05 sept. 2006, 12:00

Ces craintes peuvent sembler curieuses en sachant que la SSR est un créateur de programmes, tandis que BluewinTV ne sera qu'un distributeur de programmes qui devra de toute façon offrir les chaînes nationales généralistes.

Monopole de fait

En fait, le principal concurrent de BluewinTV, c'est Cablecom. Pendant plus de quarante ans, les opérateurs de réseaux câblés ont pu jouir d'un monopole de fait dans la distribution des programmes TV. Grâce à l'évolution technique, ils ont même pu venir marcher sur les plates-bandes de Swisscom tout d'abord pour l'accès à internet puis, plus récemment, pour la téléphonie.

Pour Cablecom, ces deux secteurs sont désormais stratégiquement très importants: d'où l'annonce en fanfare hier de la prochaine arrivée de ces services à Genève (internet et téléphonie) et à Lausanne (téléphonie). A noter que ces services sont déjà disponibles depuis plusieurs mois dans le reste de la Suisse romande!

Pour une fois, les régions périphériques étaient mieux servies que l'arc lémanique. Mais pour s'installer à Genève, Cablecom a dû s'allier au téléréseau local, Naxoo, majoritairement en mains de la Ville. Et si Naxoo ne propose actuellement ni accès internet ni téléphonie, il est par contre à la pointe dans la distribution de programmes TV: grâce au numérique, introduit en 1999, les Genevois peuvent capter près de 200 chaînes. Une offre numérique qui a déjà séduit près de 20% des abonnés.

L'offre numérique de Cablecom est bien plus réduite et moins attractive: environ 120 chaînes, mais surtout étrangères. Résultat, moins de 10% des abonnés sont passés au numérique.

Sur le plan commercial également, Cablecom a beaucoup à apprendre de Naxoo. Car l'arrivée de BluewinTV sur le marché correspond aussi à la segmentation croissante non seulement de l'offre télévisuelle, mais aussi de la demande des téléspectateurs.

Aujourd'hui, je veux pouvoir regarder le match que je souhaite de la Ligue des champions (et pas forcément celui qui est diffusé par toutes les chaînes généralistes) ou le film à l'heure que je veux. BluewinTV pourra diffuser plusieurs matchs de la Ligue des champions et négocie les droits des films les plus récents.

Un défi de taille à la fois pour les chaînes TV traditionnelles - d'où les soucis de la SSR - et pour les câblo-opérateurs. Pour ces derniers, la concurrence arrive. Espérons que ce soit pour le bénéfice du consommateur. / NWI

Votre publicité ici avec IMPACT_medias